Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Ceinture de Plomb 2017, liste et module de vote

You had some very bad people in that group, but you also had people that were very fine people.

Donald Trump, à propos du rassemblement d’extrême droite à Charlottesville en août dernier

 

Il y a des gens pas bien dans notre liste de candidats à la Ceinture de Plomb. Mais aussi des gens bien! Prenez le pire à vos yeux et humiliez-le comme vous seuls savez le faire! Le module est ici.

 

 

 

Gagner la Ceinture de Plomb 2017 : l’unique moyen de succéder à Adam Rose à un palmarès!

 

 

Ceinture de Plomb 2017, liste et module de vote

 

 

Eh oui, nos Awards arrivent enfin, avec un peu de retard mais que voulez-vous, la vie, cette chienne, est chronophage. Nous démarrons aujourd’hui par la liste de la Ceinture de Plomb, et les récompenses diverses et variées suivront dans les prochains jours, promis.

 

À force, vous connaissez le principe, donc on va être brefs. La Ceinture de Plomb vise à récompenser le ou la catcheuse dont l’année aura été la plus détestable à vos yeux, selon des critères qui vous sont propres : certains dénoncent avant tout la faible qualité du travail entre les cordes de telle ou telle « Superstar », d’autres pointent du doigt un personnage affreux créé par les bookers, d’autres encore punissent les écarts commis en backstage... Chacun son vote, chacun ses préférences!

 

 

 

Ca, c’est vous. Mais aussi votre voisin!

 

 

Le vote, justement : vous aurez accès, en cliquant sur le lien ci-dessus, à quinze options, qu’on vous demande de classer de premier à quinzième. Le premier est celui ou celle qui, selon vous, mérite le plus la honteuse distinction; le ou la quinzième la mérite le moins. Le module attribuera 15 points à chaque personnage cité en premier, 14 à chaque deuxième, et ainsi de suite jusqu’au dernier, qui aura 1 point. Il fera ensuite la somme et nous donnera le classement définitif, qu’on présentera en le ramenant à la moyenne obtenue par chacun (si tout le monde met le même catcheur en premier, il aura une moyenne de 15; si tout le monde met le même catcheur en dernier, il aura une moyenne de 1).

 

 

Et l’après-dernier, il aura zéro?

 

 

 

Pour rappel, voici le top 5 des années précédentes. Pour plus de détails, se reporter à l’incontournable catégorie « Hall of Fame ».

 

2016

1. Adam Rose, 8,97 points sur 15 possibles

2. Mojo Rawley, 8,37

3. Titus O'Neil, 8,30

4. Alberto Del Rio, 7, 92

5. Les Shining Stars, 7,59

 

2015

1. The Ascension, 10,08 points sur 15 possibles

2. Adam Rose, 9,26

3. The Big Show, 8,93

4. Brie Bella, 8,80

5. The Miz, 7,98

 

2014

1. Cameron9,39

2. Kane, 9,17

3. Big Show, 8,98

4. Aksana, 8,96

5. Adam Rose, 8,27

 

2013

1. Ryback10,43

2. Curtis Axel, 9,61

3. The Miz, 9,10

4. Eva Marie, 8,54

5. Wade Barrett, 7,52

 

2012

1. The Great Khali9,68

2. Aksana, 9,10

3. Tensai, 9,09

4. Ted DiBiase, 8,16

5. Evan Bourne, 7,56

 

2011

1. Sin Cara, 9,78

2. The Great Khali, 8,23

3. Jinder Mahal, 8,09

4. Jacob Novak, 6,81

5. Johnny Curtis, 6,74

 

2010

1. Matt Hardy, 9,24

2. The Great Khali, 8,07

3. Shad Gaspard, 7,60

4. David Otunga

5. Titus O’Neil

 

2009 :

1. Hornswoggle (scores non dispos)

2. The Great Khali

3. Eric Escobar

4. Les Bella Twins

5. Matt Hardy

 

 

Merde, je peux plus l’avoir parce que je l’ai déjà eue? Et si je delete ma carrière précédente, y a moyen?

 

 

 

Sélection 2017

 

Comme chaque année, l’élaboration de la liste de quinze a suscité d’âpres (mais amicaux) débats dans notre petit groupe. Les critères — nullité, push excessif, incapacité de se hisser au niveau attendu, inutilité, mais aussi poisse — étant volontairement larges, les noms proposés ont été évidemment nombreux et, comme on le dit chaque fois, il est certain que si on demandait à cent suiveurs de donner une liste chacun, on se retrouverait avec cent listes différentes. Mais comme toujours, de la variété des opinions naît la disparité et l’hétérogénéité de la liste, où l’on retrouve aussi bien des main eventers patentés que des jobbers, des champions et des no-name, des meufs et des équipes, des qu’on aime qu’on aurait voulu voir plus haut et des qu’on déteste et qu’on aurait voulu ne jamais voir... La seule chose qu’on n’y retrouve pas, ce sont les lauréats d’antan : la CDP, c’est comme le Nobel de la Paix ou la varicelle, ça ne se chope qu’une seule fois.

 

 

 

M’en fous de cette règle, toute façon j’ai été viré l’année dernière. Dans vos dents les haters!

 

 

Voici donc les 15 malheureux, classés par ordre alphabétique.

 

 

Enzo Amore

 

Y en a qui aiment. Mais y en a aussi qui aiment avoir du poivre à gratter dans le col, la chaude-pisse et Cyril Hanouna. Y en a en revanche qui détestent. Qui détestent son catch approximatif, qui s’irritent de ses interminables et si similaires promos, qui déplorent qu’au lieu de se contenter d’un rôle de porte-voix pour Big Cass il ait obtenu le feu vert pour une carrière solo, qui s’insurgent de le voir attraper la couronne des Cruiserweights au nez et à la barbe de voltigeurs autrement plus méritants, qui condamnent son comportement de diva en backstage et qui, surtout, ont envie de se crever les yeux à cause de son horrible look. Et ceux-là sont nombreux.

 

 

- Allez, adieu loser, ma carrière de Certified Star s’envole, yeeeeha!

- T’as la bite qui pend.

- Haha, bon courage pour faire carrière avec ce genre de réparties, gros nul!

- Ce n’était pas une répartie, juste une observation. Bon courage pour faire carrière avec ce genre de bite, champion.

 

 

 

Austin Aries

 

« The Greatest Man That Ever Lived » (surnom usurpé à Jean Lassalle) n’est évidemment pas présent dans cette liste d’infamie pour son niveau in ring, que nul ne remet en question. Mais à l’instar il y a quelques années de Kaval (aka Low Ki dans les gymnases), il est puni pour son impatience : alors que sa carrière à Stamford démarrait sous de bons auspices (plusieurs Title shots au titre de champion des Cruiserweights), il est brusquement parti en juillet, mécontent du manque d’égards manifesté par la creative team à son endroit. Plusieurs de nos rédacteurs, fermement attachés à des principes tels que la modestie, la capacité à rester à sa place et l’art de convaincre la hiérarchie de sa valeur au lieu de la jouer Caliméro, s’en sont émus et ont milité avec vigueur pour qu’il soit impitoyable châtié en figurant parmi les quinze maudits.

 

 

Attends, j’arrive dans le roster principal début 2017 et au bout de trois mois y a le Hall of Fame... et j’suis même pas intronisé! Je veux bien être patient mais y a des limites.

 

 

 

Bayley

 

Dans le civil, elle s’appelle Pamela Rose. Un blaze à faire marrer dans un film de Kad et Olivier, pas à arpenter les rings. Elle a pourtant su surmonter ce terrible handicap et imposer un personnage de p’tite sœur un peu concon qu’on a apprécié de voir grimper au firmament face à toutes les biatchs de la galaxie, à commencer par la reine Charlotte, à qui elle prit le titre féminin de Raw au Rumble, avant de conserver son bien à Fastlane et surtout à Mania, excusez du peu. Avec un tel début d’année, elle était bien partie pour glaner en décembre notre Award de meilleure catcheuse 2017, mais la suite fut un sacré retour de bâton : perte du titre face à Bliss, blessure et retour en bas de carte, avec un deuxième semestre désastreux soldé par le peu enviable sort d’être la première éliminée lors du Survivor Series Match féminin. Pour certains suiveurs sévères, la baudruche s’est définitivement dégonflée et ça ne devrait pas s’arranger à présent que Paige et ses multiples copines sont dans la place.

 

 

Au début, c’est agréable, mais au bout d’un moment, c’est tellement sucré que c’en devient vomitif.

 

 

 

Big Cass

 

Rien de plus jouissif que de bifler Vince McMahon en crachant sur l’un de ces prototypes qu’il aime tant : 2m10, 125 kilos, une belle gueule de mâle alpha, une chevelure longue... Mais Big Cass s’est fracassé sur cette règle d’airain qu’est le principe de Peter, qui veut que chacun atteint tôt ou tard son seuil d’incompétence. Pour le bellâtre, ce fut sa mise sur orbite solo qui montra toutes ses limites. Ayant transformé en punching bag son héraut Enzo, il se retrouva fort dépourvu quand l’heure de prononcer une promo est venue. Incapable de livrer un match individuel correct et de développer un personnage moins monolithique que le sempiternel « balaise heel qui estime que tout lui est dû », il a aussi souffert de la comparaison avec l’autre monstre des lieux, Braun Strowman, qui l’éjecta sans ménagement du Rumble, façon d’indiquer ce que seraient les trajectoires des deux colosses dans l’année à venir. Après quelques déceptions en équipe avec Enzo, Cass ne trouve rien de mieux que de mettre en scène une agression dont il aurait été la victime (on se demande toujours ce que ça lui a apporté), a livré à son ex une feud sans suspense et sans intérêt, s’est farci le Big Show, tremplin habituel pour les types de son gabarit, et le soufflé était déjà bien retombé le 21 août quand, aux défauts habituels des CDPistes (faiblesse in ring et au micro, personnage plat) il ajouta la malédiction de la blessure longue durée qui le mit sur le flanc pour le reste de l’année. Au vu des mois précédents, c’était sans doute la meilleure chose qui pouvait lui arriver.

 

 

 

Tout est dit.

 

 

 

James Ellsworth

 

James est laid. Très laid. Très très laid même. Et rien que pour ça, les défenseurs du bon goût trouveront légitime de faire figurer son nom sur cette liste. Mais ce n'est pas son seul défaut: après avoir joué le bouffon qui retourne sa veste plus vite que son ombre en 2016, le gus s'est improvisé manager de Carmella dès janvier, permettant ainsi à la demoiselle de gratter ici et là quelques piètres victoires grâce à des interventions toutes plus grossières les unes que les autres. Franchement, la blonde qui n'avait jusqu'alors pas vraiment convaincu entre les cordes avait-elle besoin d'un tel boulet à ses pieds pour paraître encore plus inepte et faible qu'elle ne l'était déjà? Si seulement il s'était contenté de jouer au valet servile, on aurait peut-être pu adhérer tant bien que mal à ce duo... mais lui avoir attribué par la suite le rôle du boyfriend follement amoureux était définitivement une idée moisie. Sincèrement, qui a bien pu croire un seul instant à cette romance aussi improbable que boiteuse entre un mec moche comme un pou et une telle bombasse?

 

Mais ce qu'on retiendra tous au final, c'est la date du 18 juin et le fatidique moment où l'on vit Ellsworth décrocher la mallette du tout premier Money in the Bank féminin pour le compte de sa bien-aimée. Comme si de rien n'était. Comme s'il était normal qu'un homme décroche la précieuse mallette, de surcroît sous les yeux d'un corps arbitral resté totalement impuissant. L'image est calamiteuse et réussit à ruiner en un instant ce qui aurait dû être un moment de gloire, gravé à jamais dans l'histoire de la division féminine. Au final, personne n'en est ressorti grandi, surtout pas ce laideron d'Ellsworth que la WWE a fini par lourder quelques mois plus tard.

 

 

Pire que Donald Trump et Harvey Weinstein réunis, voici le Porc Ultime de 2017!

 

 

 

Goldberg

 

Le parcours de Goldberg — vite surnommé Oldberg — à la WWE en 2017 pourrait se résumer facilement en un mot: minimaliste. Les fans les plus indulgents diront que le papy ne nous aura pas embêté longtemps en 2017. Les plus sévères estimeront qu'il nous a justement gâché les moments les plus importants de l'année. Bill aurait pu se contenter sagement d'un match de gala pour finir sa vieille rivalité contre Brock Lesnar, mais non. Voilà t-y pas que la WWE a décidé d'en refaire un champion du monde. Alors, en pleine Road to Mania, la période sensée être la plus excitante de l'année, Rusev et Luke Harper se font sortir du Rumble par le quinquagénaire avant que Mister Wrestling Kevin Owens n'achève son magnifique règne universel en 21 secondes contre le même ancêtre. Tout ça pour que le vieux cède sa timbale moins d'un mois plus tard à WrestleMania. Si l'on peut légitimement faire preuve de clémence à l'égard de sa prestation face à Lesnar à Mania (match pour lequel il n'a d'ailleurs jamais réclamé la revanche à laquelle il avait pourtant évidemment droit), on peut à l'opposé difficilement se montrer indulgent lorsqu'il s'agit d'évoquer son sinistre « combat » contre le pauvre Owens à Fastlane.

 

En théorie, le retour du vétéran aurait dû être une régalade absolue. Dans les faits, cela s'est plus apparenté à une franche débandade en bonne et due forme. Son fils – lui – aura certes pu en profiter pleinement (en recevant l'ultime privilège de pouvoir monter sur le ring afin de célébrer aux premières loges avec son paternel)... pas dit que les fans puissent en dire autant après toutes ces prestations au goût plus qu'amer. On aime bien les légendes, mais faut pas déconner quand même.

 

 

- Woah merci papa, c’est vraiment un super moment, je t’adore, merci merci merci!!!

- ...

- Ben tu dis rien?

- Attends... Je... viens... de... te... lever... le... bras. Laisse... moi... reprendre... mon... souffle.

 

 

 

Lana

 

On appelle ça un bon gros raté. La WWE voyait bien la popularité permanente de l'acolyte de Rusev, mais la fédération a cru bon d'exploiter le filon en transformant la manageuse en catcheuse. Belle et glaciale comme un hiver sur la Volga, Lana a été packagée comme le parfait produit WWE ère Vince McMahon. Gimmick de danseuse de cabaret, musique entraînante, arrivée en fanfare dans le roster féminin de Smackdown et match pour le titre donné sur un plateau. Sauf que la réalité a rattrapé tout le monde en pleine gueule : Lana ne sait absolument pas catcher. Il a fallu subir plusieurs lamentables prestations contre Naomi pour que les scénaristes se rendent compte de leur erreur. Retour au bercail pour la jeune femme, confinée désormais au rôle peu flatteur de valet de Tamina qui ne fera visiblement plus rien d'intéressant non plus. 2017, l'année de la désillusion.

 

 

Quand t’as bluffé sur ton CV pour avoir un boulot et soudain tu te retrouves à devoir faire un truc que tu sais pas du tout, mais alors pas du tout faire.

 

 

 

Jinder Mahal

 

Si on lui demande, l'Indo-Canadien considère sûrement qu'il a vécu une année 2017 exceptionnelle. Sauf qu'on ne lui demande pas son avis. Force est de constater que l'ancien membre des 3MB nous a plombé toute notre année pour peu que l'on suive les péripéties de la terre bleue des opportunités. Les experts sont formels, on ne comprend toujours pas ce qui a pris à la WWE. Tout commençait pourtant bien : début 2017 Jinder était le jobbeur qu'il n'a jamais cessé d'être et son fait principal fut de perdre en finale le trophée André le Géant de WrestleMania par intervention d'un joueur de football américain surnommé Gronk. Mais ensuite, le shake-up a visiblement tourné trop fort pour Vince et consorts. Le 11 avril il perd contre Mojo Rawley, la semaine suivante... le voilà prétendant au titre mondial. Le pire, c'est que le salaud y arrive. Du 21 mai au 7 novembre, Jinder Mahal est le champion poids lourds de la WWE. Relisez dix fois cette phrase et essayez de voir si vous la comprenez : c'est peine perdue. Chiant comme la pluie sur le ring, désagréable au micro, Mahal n'a jamais montré la moindre once du talent qui aurait pu légitimer un tel push. Non pas que l'Indien soit un mauvais heel car il a plutôt correctement joué son rôle de vilain étranger, mais la composition du roster n'aurait jamais dû lui permettre d'entrevoir ne serait-ce qu'un bout de main event. Dites-vous qu'on aurait très bien pu assister à six mois de rivalités pour le titre mondial avec AJ Styles et Rusev, dites-vous que Tye Dillinger, Sami Zayn et Luke Harper ont été relégués en fond de carte. Rappelez-vous des matchs toujours identiques contre Orton ou Nakamura où le méchant gagne à la fin grâce à la distraction des jumeaux Singh. Puis votez en votre âme et conscience. En 2018, plus jamais ça. On vaut mieux que ça.

 

 

 

Transmission de mojo de plomb activée!

 

 

 

Shane McMahon

 

En toute honnêteté, Shane aura réussi au moins une chose cette année: son somptueux affrontement contre AJ Styles à WrestleMania. Soit (mais l’identité de l’adversaire y est pour beaucoup, Styles tirerait un match correct d’une poubelle, voire du Great Khali). Et à part ça?

 

Franchement, il faudrait carrément être masochiste pour trouver quelque chose à sauver de son Hell in a Cell face à Owens en octobre. Le combat était interminable et le coup de la « tentative de suicide » avait un sérieux air de déjà-vu (c'est typiquement le genre de cascade qui aurait dû rester unique afin de préserver son caractère exceptionnel). Et même si sa rivalité avec Kevin était plutôt partie sur de bonnes bases, il faut quand même bien admettre qu'elle a fini par s'enliser au bout d'un moment.

 

Par ailleurs, le fils du patron a beau n'être plus tout jeune, il a cependant le mérite d'afficher une condition physique tout à fait honorable. Pour autant, nombreux sont ceux qui d'un côté, lui reprochent à juste titre le rendu grotesque de ses misérables petits coups de poing ridicules. De l'autre, beaucoup finissent par trouver que ses combats finissent par tous se ressembler, la faute à des matrices usées jusqu'à la corde et employées en boucle depuis plus de quinze ans (le sempiternel elbow drop à l'extérieur du ring ou le coast to coast en sont les exemples les plus frappants). A terme, ça peut finir par lasser.

Et comme si ça ne suffisait pas, impossible évidemment de faire l'impasse sur le rôle d'arbitre qu'il a tenu à deux reprises cette année (Summerslam et Clash of Champions), en en faisant à chaque fois des tonnes au point de rendre illisible le combat qu'il était censé encadrer. Vouloir s'impliquer dans la fonction était tout à fait louable mais surjouer outrancièrement comme il l'a fait n'était assurément pas une bonne idée. C'était même carrément horripilant en réalité.

 

 

Mais cassez-vous de mon ring, les deux nazes! C’est MOI que les gens veulent voir!

 

 

 

Shinsuke Nakamura

 

Shinsuke est un bon catcheur. Très bon. Très bon bon même. Et rien que pour ça, les défenseurs du bon goût trouveront illégitime de faire figurer son nom sur cette liste. Sauf que depuis son arrivée à Smackdown en avril dernier, Nakamura a donné l'impression de ne produire entre les cordes que le minimum syndical. Ceux qui ont suivi son parcours à NXT savent précisément de quoi il est capable et en comparaison, force est de constater qu'il est très loin d’avoir livré toute l'étendue de son savoir-faire depuis qu'il a intégré le show bleu.

 

Quelques optimistes ont même cru que le titre suprême lui était promis en août, le voyant alors mettre un terme à l'ignoble règne de Mahal à Summerslam. Hélas il n'en fut rien, malgré sa seconde tentative restée tout aussi infructueuse quelques semaines plus tard à Hell in a Cell. En dépit de prestations sans grande saveur (exception faite de quelques minutes à Survivor Series), le public reste cependant totalement acquis à la cause du Japonais. Cela dit, la WWE devra vraiment veiller à ne pas laisser retomber le soufflé en 2018. En attendant, on pourra difficilement se contenter d'une année aussi frustrante et ce, même en étant son fan le plus clément. Comme disent les profs sur les bulletin de notes à l'école: « peut et doit mieux faire ».

 

 

En même temps, soyons honnêtes : avec tout le crack qu’il s’envoie depuis son arrivée aux States c’est déjà un miracle qu’il arrive à tenir debout.

 

 

 

Randy Orton

 

Le CV 2017 du vieux serpent est lourd comme le plomb cette année. Dès janvier, il enterre les espoirs de ceux qui voulaient voir le Rumble attribué à quelconque prodige méritant issu de la scène indépendante. En avril, il enterre Bray Wyatt et l'enthousiasme du public en délivrant le pire match de la carte de WrestleMania. S'ensuivront des purges à stipulations douteuses, notamment un House of Horrors match dont personne, malgré les replays et ralentis, n'a encore compris les règles. Puis un Punjabi Prison Match ressuscité au grand désespoir des suiveurs (et qui sera le théâtre d’un éphémère retour du Great Khali...). Non content d'avoir donc plombé le main event de Smackdown pendant six mois avec son inimitable style soporifique, Randy humilie ensuite le talentueux Rusev qui n'en demandait pas tant avant, cet hiver, de défendre l'honneur de son commissionnaire sans avoir l'air d'en avoir quelque chose à foutre. Inexpressif, très peu impliqué entre les cordes, quasiment jamais intéressant au micro, Orton a tout l'air de l'ex-vedette en pré-retraite qui n'est plus intéressé que par le chèque de fin de mois. On a beau regarder à deux fois, on arrive pas à voir ce que RKO a apporté à l'univers de la WWE cette année.

 

 

Regardez comme ce panneau Wrestlemania est laid. Ben je vous promets que le match que j’y ferai sera au moins aussi laid! De rien.

 

 

 

Mojo Rawley

 

Deuxième l’an dernier, le demeuré a d’excellentes raisons de se montrer optimiste : on l’a plus vu en 2017, et on a donc pu davantage admirer sa nullité ravageuse. Pour une raison qui nous échappe, VKM semble déterminé à pusher ce gros incapable. Mais jusqu’à fin décembre 2016, c’est pas évident puisqu’il est en équipe avec le magnifique Zack Ryder, que la direction ne porte guère dans son cœur. Or voilà que Ryder se blesse longuement : la fusée Rawley est prête à larguer les amarres! C’est le trophée André le Géant qui est choisi pour lui servir de marchepied — après tout, ç’avait à peu près marché pour son prédécesseur au palmarès, Baron Corbin. L’ex-footballeur gagne donc la bataille royale de Mania, mais Vince a finalement des doutes (peut-être a-t-il fini par voir quelques secondes de ses combats) et le fait poireauter en attendant le retour de Ryder, en juin. Voici les Hype Bros reconstitués, mais la scène tag team est chargée à Smackdown, et les défaites s’enchaînent logiquement. D’où fin novembre la tant éculée querelle entre partenaires, où le grand turne contre le petit, accusé de ne pas avoir le niveau. Oui, la même que Cass et Enzo plus tôt dans l’année. Avec sans doute le même succès pour le grand con. S’il vise une ceinture individuelle, celle de Plomb est bien la seule qu’il peut vraiment envisager...

 

 

- Je te laisse là, pauvre naze! Je fonce là-bas, vers mon avenir!

- C’est la porte des chiottes, ducon.

- Ah merde, WC ça veut pas dire World Champion?

 

 

 

Zack Ryder

 

Corollaire du précédent, mais en version triste. La CDP, rappelons-le, ne tient pas seulement compte des capacités intrinsèques du candidat (nulles chez Rawley, très réelles chez Ryder) mais aussi de son utilisation. Le pauvre Zack semble voué à payer ad vitam aeternam son succès inattendu de 2011. 2017 se sera résumée pour lui à une longue blessure puis à un rôle de marchepied à Mojo Rawley. Misère de misère...

 

 

Quelle déchéance pour Zack Ryder : se faire passer à tabac par Stéphane Ruffier...

 

 

 

Bray Wyatt

 

Le prophète compte depuis son arrivée un certain nombre de détracteurs, mais cette année leurs rangs se sont nettement épaissis. Car on a beaucoup vu le bonhomme, et pour une quantité croissante de suiveurs, beaucoup trop. Ses promos restent toujours aussi sibyllines que son catch est limité, et la lassitude gagne une partie toujours croissante du public. Le Rumble, dont il est éliminé en toute fin de combat par son prétendu disciple Orton, est une bonne indication de l’échec global que sera son année, même si peu après, à l’issue d’un combat au demeurant spectaculaire à Elimination Chamber, il s’empare à la surprise générale du titre WWE, son premier titre en carrière. On se demande comment le gourou, qui a si souvent promis de mettre le feu au monde, va enflammer l’univers à présent qu’il en est le maître : patatras, son run au sommet se solde par l’incendie de sa baraque des mains d’Orton, auquel il cède sa ceinture à Mania dans un match grotesque constellé d’effets spéciaux d’opérette. Suit un transfert à Raw et des feuds semblables à toutes celles qu’il a déjà livrées : discours incompréhensibles légèrement adaptés selon l’identité de la cible, rires gutturaux, matchs tout juste passables et transition à la feud suivante, qui suivra exactement le même schéma. Rollins, Balor et maintenant Matt Hardy en ont fait les frais, et nous avec. Et rien n’indique que les choses changeront dans les prochaines années.

 

 

 

- Te voilà exclu de mon auguste cénacle pour ton impudence, Orton! Seul celui qui se conforme à l’uniformité libératrice saura, en dissolvant son esprit dans celui du Grand Tout, accéder à la sagesse suprême diffusée au sein de l’ashram du savoir.

- Hein?

- En d’autres mots : tu peux pas entrer, y a un dress code très strict.

 

 

 

Dolph Ziggler

 

Oui, lui-même. Car Ziggler en 2017, ce fut un long chemin de croix, qui s’acheva par une période particulièrement pénible d’un point de vue méta : le pauvre en fut réduit à adresser des clins d’œil appuyés à l’IWC sur le thème « je suis le meilleur mais en haut lieu on ne veut pas le voir », multipliant notamment les arrivées déguisées en divers catcheurs plus successful, tel un Damien Sandow en plus grinçant. Cette idée aurait pu fonctionner il y a quelques années, quand la foule était sincèrement désireuse de le voir au plus haut; mais aujourd’hui, quand tant de nouvelles têtes ultra-talentueuses squattent avec bonheur le haut du pavé, le Zig ne parvient guère à nous émouvoir par-dessus le quatrième mur, et quand en décembre il abandonne au milieu du ring son titre US acquis à la surprise générale contre Roode et Corbin et s’en va comme un prince, on est pris une dernière fois d’un goût d’inachevé et d’amertume : voilà un grand catcheur qui n’aura jamais vraiment brisé le plafond de verre et qui laissera l’image, kayfabe mais peut-être pas seulement, d’un éternel geignard...

 

 

Non mais arrête Dolph, tu te fais du mal et tu nous fais du mal aussi.

 

 

Voilà, les votes sont ouverts, c’est ici pour voter (jusqu’au 14 janvier) et ci-dessous dans les comms pour débattre!

 

 

- Je comprends pas Titus, on n’y est pas.

- Haha, je t’avais dit que de grandes choses t’attendaient si tu venais sous mon aile, petit!

- Comment t’as fait, sérieux?

- Regarde la liste : y a des poissards, des surpushés, des déceptions.... mais pas de médiocres. C’est ça mon secret.

- Trop fort.

Délai prolongé

Allez, soyons fous, on a jusqu'au 14 pour voter, YOLO! Votez et faites voter. C'est important.

A voté

Et je le dis haut et fort mon n°1 ceinturé de plomb of ze year, ce sera....
James "fuckin' Ellsworth.
Cet homme aura eu la faculté indéniablement insupportable de me gâcher la vie, la vue et l'ouie à chaque apparition dans l'ignoble sport que j'aime.
Il aura à cela ajouté sa touche d'infamie au MITB féminin, et ça je ne lui pardonnerais jamais, vous m'entendez JAMAIS.
Go in hell Ellsnotworthy.

Dure de choisir entre les 3 premiers (extended)

Entre Mahal, Goldberg et Lana, le choix fut difficile.

Je mise quand même sur Mahal, qui, a l'instar de Goldberg, nous à plombé le Main Event de nombreux mois. Mais bon, Mahal a été champion plus longtemps que Goldberg, du coup, le choix est plutôt évident.

Mon trio maléfique

1) Shane McMahon, immense attention whore devant l'éternel.
2) Jinder Mahal pour sa nullité crasse et pour son absence de progrès durant 6 putain de mois où il a squatté le titre le plus prestigieux de la fédération.
3) Ellsworth, l'équivalent de Hornswoggle, dans les années 2010.

Mon podium

Dans le désordre car ils feraient tous des bons vainqueurs : shane et Ellsworth pour gâcher tant de segments par leur présence insupportable, mojo pour une année de merde malgré un push initial.
Pas loin du tout l'ami cass pour sa poisse post push solo immérité.

J'épargne Enzo et jinder que je n'apprécie pas spécialement mais qui auront fait leur taf en tant que porteurs de ceinture à défaut de le faire dans le ring. Idem pour ziggler et Orton qui auront fait une année neutre.

Votez Wyatt !

Du coup j'ai voté :

1) Bray Wyatt - Moi qui l'aime beaucoup pourtant, quelle année ratée ! Alors que tout partait si bien, la rivalité avec Orton et Harper était intéressante... Il était tellement classe avec le titre... Et depuis, rien. Nada. Il commence à peine à se relancer sur sa feud avec Woken Matt, mais il a juste passé 9 fois à jobber pour à peu près tout le monde, empêtré dans des rivalités dont personne n'avait rien à carrer... C'est peut être sévère, mais pour moi un gars de son talent ne peut pas se contenter d'une année aussi nulle.

2) Big Cass - Ca parle beaucoup d'Enzo en général, mais pour moi le gros flop de l'année, c'est plutôt Cass. Un big man push jusqu'à la lune par la fédé... Alors qu'il n'a aucun charisme. En équipe avec Enzo, ça passait, mais seul, je ne vois pas ce qu'il peut apporter... Tout ce qu'il a montré en solo, bah c'était bien pâle à côté d'un gars comme Strowman qui a plus ou moins la même expérience et le même physique. J'attends de voir, mais pour l'instant, Cass, pour moi, c'est vraiment pas un gars que je vois réussir.

3) Mojo Rawley - Parce qu'il m'énerve. J'attends de voir ce que devient son personnage, mais pour l'instant je le trouve pas intéressant du tout.

4) Jinder Mahal - Y a quelques mois je l'aurais mis en tête, mais je trouve que sur la fin de son règne il s'en sortait beaucoup mieux. Il était crédible, il avait de la présence... Même s'il n'était toujours pas jojo sur le ring. Là, clairement, c'est surtout pour le booking que je le mets si haut. Si son gimmick ne s'enferme pas dans celui d'un indien patriotique, je pense qu'il peut faire un mid/upcarder correct.

5) Randy Orton - Même constat que Wyatt, son année était chiante au possible. J'arrive vraiment plus à l'encadrer.

6) Shinsuke Nakamura - Je l'aime beaucoup hein, mais la team créative n'a rien pour lui, et ça se voit beaucoup trop...

7) Dolph Ziggler - Je trouve qu'il est sur la bonne pente, j'aime bien son nouveau trait de caractère "J'en ai plus rien à foutre de rien", il manque peut être un petit truc mais j'ai bien aimé les bases sur lesquelles il semblait repartir depuis quelques mois.

8) Bayley - J'ai pas envie de la plomber, je l'aime bien moi Bayley... Même si en effet, son année a été assez moyenne.

9) Zack Ryder - Je l'ai pas vu assez pour le plomber, et c'est un peu comme Bayley, au fond c'est un gars que j'aime bien, et j'ai pas envie de le plomber, surtout qu'à la base c'est un lowcarder de carrière... On va pas taper sur l'ambulance !

10) Lana - Moi je trouve qu'elle s'en est bien sorti entre les cordes pour une débutante, et j'ai toujours beaucoup aimé son duo avec Rusev, aucune raison de la plomber.

11) Goldberg - Pour moi il a fait le boulot qui était attendu de sa part, le match à Mania était très correct, je suis ni pour ni contre Goldberg à la base, mais moi j'ai bien aimé le revoir sur un ring, et il a fait le taf, que demander de plus ?

12) Shane McMahon - Rien que pour son match contre Styles à Mania, pour un "non-catcheur", entre gros guillemets hein, et pour sa présence à Smackdown et le tournant pris par son personnage ces derniers moi, perso je suis vraiment client.

13) Enzo Amore - Parce qu'il a donné un gros gros coup de pouce à la division Cruiserweight alors que tout le monde l'enterrait dès le début, et parce que moi j'aime bien son côté potache... S'il s'était planté, je dis pas, mais vu ce qui lui a été donné, il s'en est sorti très honorablement.

14) Austin Aries - Ouais il est pénible à se barrer alors que la division CW se construisait autour de lui, mais il a livré de supers matchs quand il était là, respirait le charisme, je peux pas vraiment en vouloir à Aries.

15) James Ellsworth - Il était peut être moins au sommet qu'en 2016, où je l'ai trouvé vraiment exceptionnel dans son rôle, mais pour moi il a fait le taf tout le long, celui du glandu à la Santino qui se fait maltraiter par tout le roster, et même si effectivement c'est dommage qu'il soit intervenu pour le tout premier MITB féminin, la story qui s'est créée derrière était correcte. #EllsworthClub

Je comprends pas les nominations ....

Qu'est ce que Goldberg vient foutre là-dedans ?
Bayley je vois la logique ...
Big Cass ok, Mahal & Lana forcément ... Bray Wyatt a été sauvé du désastre par la méningite ... Nakamura à la limite c'est une déception pour ceux qui l'ont suivi à la NJPW ...

Les autres font plutôt une bonne année ... tout cela n'est pas très pertinent ..

Pas très pertinent ?

Je ne suis pas sur de déceler ce ce qui mériterait un tel commentaire ? Chaque participant est argumenté dans l'article et tu devrais trouver des réponses à chaque entrée, du moins a minima pour une bonne partie d'entre eux et pas que une poignée de 4.
.
Bon déjà il faut savoir qu'il en faut 15, c'est la tradition. Donc fatalement on ratisse large. Mais toujours est il qu'à mon avis la liste se tient (sauf pour Goldberg, je milite chaque année pour en exclure les part timers, on a évité HHH et le Taker cette fois mais je les ai pas tous eus :p).
.
Faut voir cet award comme une moquerie bienveillante et légère car dans le catch, un catcheur est autant tributaire de ses performances que de son booking, si ce n'est bien plus parfois. Donc difficile de reprocher à Bray d'avoir été la victime d'un match conceptuel à Mania ou qu'on lui demande de porter un drap sale sur la tête... Difficile de condamner Ziggler quand on le sort du placard un mois sur deux et qu'on lui donne toujours la même promo à réciter... Difficile d'accabler Nakamura qu'on a dépeint comme un cliché malgré lui et mis face à Mahal et ses promos racistes... Etc.. etc...
.
Est-ce que tout ça font d'eux des gros nazes incapables qu'il faut condamner ? Non. Mais est-ce que ça fait de leur année un exercice un peu pourrave sujet de rigolades et de quelques vannes ? Ouais je pense !
.
Sachant qu'il en faut 15, il serait intéressant du coup de savoir quelle serait ta liste tiens !? Quels seraient les 11 plombeurs que tu substituerais à notre sélection :) ?
Ou alors tu penses vraiment que dans un roster de plus d'une centaine de superstars, y'en a pas 15 qui méritent au moins qu'on dise qu'ils ont pas fait une année géniale ?

Tout pareil que le monsieur

Ringseid, j'en suis absolument certain: si tu faisais ta liste de quinze, y aurait sans doute pas mal de gens qui la trouveraient "pas très pertinente" ;-). Pareil pour une liste élaborée par Jyskal, Seifer, toute la rédac, Vince McMahon ou Dave Meltzer. Après, comme Jyskal, je suis étonné que tu demandes "qu'est-ce qui justifie que X ou Y soit nommé?" puisqu'on a consacré d'assez longs développements expliquant la nomination de chacun... On peut tout à fait ne pas être d'accord avec nos arguments, pas de souci, mais admets qu'ils ont le mérite d'exister (même si tout ça est vain parce que seul Shane mérite la gagne!).

mojo fait une bonne

mojo fait une bonne année??
Ellsworth premier décrocheur de la malette féminine, y'a rien qui te gêne?
Goldberg qui est le part timer ultime illustre juste que là on a passé un cap. 4 match pour 10 minutes de catch...
Wyatt sauvé de la méningite? Matches chiants face à Orton (qui nous a aussi ennuyé), feuds moisis face à Rollins et Finn...
Si tu vois la logique Bayley, je ne pige pas que tu ne vois pas la logique des autres...

Anti Mojo league

Tous ces commentaires pertinents fait par des gens intelligents et PAS UN pour mettre Mojo en prem's ?
Je veux bien que les critères diffèrent selon les appréciations de ce qu'est un catcheur tout ça tout ça... mais enfin lui il n'a rien:pas le charisme, pas la technique dans le ring, pas la tchatche en promo... rien quoi.
Faites gaffe les gars, vous allez en faire un Great Kali bis dans ces pages et il n'aura jamais le seul titre qu'il mérite vraiment !
Et après il sera trop tard pour se lamenter... Alors votez intelligemment bordel !

Voilà c'était le lancement (et peut être dernier acte) de ma campagne pour une victoire écrasante de Mojo. Pour les autres je galère à faire un ordre, car ils ont tous un truc qui les place à des années lumière de l'abîme où patauge ce lourdaud (même Shane...)

Khali a finalement eu son

Khali a finalement eu son prix, pour l'ensemble de son oeuvre (et, selon moi, sa "meilleure année", l'année où les bookers l'avaient cantonné à beaucoup de segments backstage et de match par équipes, surement pour tenter de masquer sa nullité...
Mojo, même si je le trouve en dessous de tout ne m'a dérangé que jusqu'à Mania, ensuite le retour de ryder et sa disparition des écrans ont fait l'affaire.
Meme si lors du preshow du dernier PPV, il a été incroyablement mauvais.
Rassure toi, quand il fera le tombé sur Styles à Mania, on saura le décorer.

Bayley sans hésiter

La nunucherie niaise, ce n'est pas dans l'ignoble sport que je vais la tolérer. Et aussi la ressemblance avec une sauteuse en hauteur qui m'insupporte chaque année aux JO, championnats du monde et d'Europe.
Orton et Wyatt pour compléter le podium, à cause du prodigieux ennui qu'ils m'inspirent.

Shane-Orton, facile.

Shane, sans hésiter. Tout est dit dans l'article et dans le commentaire d'Axl. Ce mec, c'est de la kryptonite.
Orton commence à s'en rapprocher, malgré le RKO. Dieu qu'il est chiant !
Pour compléter le podium, s'il avait été nominé, j'aurais ajouté Kurt Angle sans hésiter. Que ce soit en Shield-Man ou en capitaine aux Survivors, il m'a provoqué autant de rires, puis de gêne et,en fin de compte, de peine que Lana. Mais elle, elle est juste pas faite pour ça. Lui, il n'est plus du tout fait pour ça. Un peu comme l'Undertaker. Mais j'imagine qu'il faut un minimum de matchs sur l'année pour prétendre à un si prestigieux trophée. Donc, comme ce pauvre Kurt n'est pas dans la liste, ben je me suis rabattu sur une valeur sure et universelle : Enzo Amore

Hésitations (extended cut)

J'avais posté ça dans le fil du module de vote, et je viens de capter que ça n'apparaitrait pas sous l'article... Donc rebelotte et précisions bonus sur un catcheur qui n'apparait même pas dans la liste et que je comprend bien pourquoi mais quitte à essayer de comprendre ce qui nous semble pas bon pour le booking business...
.
J'ai hésité sur
- Nakamura : parce qu'il se rattrape pas trop mal depuis sa prestation aux survivor series, j'ai envie d'être optimiste après la grosse déception générale sur l'année.
- Enzo Amore ça lasse beaucoup, mais son utilisation pour le titre du 205 était maline.
- l'impasse de Zack Ryder m'embête plus que la médiocrité de Mojo Rawley, finalement.
- Goldberg, ce qui pêche à mon goût c'est mettre un intérimaire champion suprême. Mais comme le même argument ne semble pas avoir été utilisé pour inclure Lesnar dans la liste, je vois pas pourquoi plomber Goldberg alors que je suis content qu'il ait désacralisé the beast.
.
Bon, ma bonne foi sur ce point est mitigée : si on joue à comparer les deux, on ne peut qu'admettre qu'il y en a un des deux qui catche vraiment. Et même d'une façon plus intéressante qu'avant, l'urbaniste de Suplexcity a mis un peu de variété dans ses paysages.
Ceci dit, Goldberg n'a servi qu'un but : démonter la légende Lesnar. Le rendre prenable, et spectaculiairement. Son run n'a aucun autre intérêt que les deux matchs chocs où Lesnar se fait expédier sans ménagement. Ca construit pas Goldberg, ça entame juste le piédestal de Lesnar. Le côté part-time de Goldberg m'embête, mais il est moins lourd seul que pris dans une longue accaparation part-timeuse du titre...
.
Or, Lesnar, le soucis, c'est que sa présence en title picture et en champion PLOMBE l'ensemble du roaster puisque l'effort de booking à fournir pour crédibiliser quelqu'un en face devient démesuré. A titre personnel, ça m'affecte plus que l'illégitimité de Goldberg, et ça affecte surtout beaucoup plus la compétition et les carrières des autres d'avoir un part timer accaparant la ceinture dans ce déséquilibre que la prestation d'un part timer qui apporte pas assez de satisfaction in ring mais avec un booking qui justifie assez bien l'épisode à terme.
.
L'histoire telle que je la lis, c'est que le monstre Lesnar va servir à rendre Reigns légendaire. Ca m'emmbête, mais je le sens comme ça. A un moment, la WWE a rendu Lesnar moins écrasant (d'abord avec les défaites éclair, puis en disant "ya d'autres monstres", puis en disant qu'un type plus léger peut vraiment lui mener la vie dure") pour que, le jour où Reigns reviendra lui rentrer dans le lard, sa défaite paraisse un peu moins ridiculement impossible.
.
Cette histoire aurait trois chapitres : Lesnar cassse la streak et est invincible, Lesnar domine la title picture et pour changer ça il faut un booking monstrueux, Suplexcity prenable finira par être prise. Et le plomb vient pas du rôle utilitaire des matchs expéditifs, mais du fait que ce booking bloque tout le roster derrière lui. La différence avec le run de Mahal, c'est que Lesnar est booké comme légitime in ring, mais l'effet anesthésiant d'une domination "undispustable" sur la compétition peut y faire penser... Avec un part-timer comme argument principal.

J'ai un peu de mal à te suivre

Concrètement, en quoi selon toi le fait que Brock soit un part timer bloque-t-il les autres? Perso, je ne vois pas trop. Avant, les gars se battaient pour le titre suprême. Maintenant, ils se battent pour défier Brock. Ca ne les empêche pas de se livrer de gros matchs, d'avoir des feuds construites, de belles promos, etc. Je dirais même que ça facilite le travail des bookers, qui n'ont plus à se soucier des histoires de clauses de rematch, lesquelles plombent souvent un début de run de champion. Et oui, un jour, y aura un mec "normal" qui viendra à bout de Brock — mais pour moi, son prestige a été émoussé par ses défaites éclair face au vieux et incapable Goldberg. J'aurais préféré que le jour où le monstre cède pour la première fois (bon en réalité il a déjà cédé en un contre un depuis son retour, notamment le jour de sa réapparition contre Cena...), ça soit contre un valeureux catcheur présent toute l'année, qu'il s'agisse de Reigns ou d'un autre.

Le Brock-monstre show

J'ai posté une réponse tout à l'heure mais elle semble être restée dans des limbes de modération à priori... Je vous jure qu'il y a rien de sale et que je propose pas de gagner d'argent facilement.
.
Mais bref, en plus de ce que je disais : c'est pas pareil pour moi de voir le roster se battre avec l'espoir d'un title-shot que de le voir se battre avec la perspective de peut-être entrer dans un créneau libre pour au final se faire battre par un personnage surprotégé depuis déjà des lustres.
.
Oui il peut y avoir du bon spectacle, de bonnes histoires, mais une limite aussi durablement marquée pour les ambitions de tout le monde, c'est moins de lumière possible, moins de suspense "global", ça tue la compétition... et c'est écrit pour ça.
.
Je suis d'accord que ça facilite le boulot des bookers... Beaucoup trop ! Et le péril est tellement évité que ça fait des triomphes sans gloire pour tout le monde.

a big ball of wibbly wobbly... part-timey wimey stuff

Le côté part-time, pour moi, renforce le poids du booking bloqué. Le temps-partiel n'est qu'un des moyens, discutable, pour rendre la title picture imperméable à une compétition. A la rigueur, l'histoire de Lesnar champion serait moins longuement supportable s'il devait se défendre weekly...
.
Autrement dit : un super monstre construit d'emblée sur une forme d'invicibilité + les privilèges d'être champion (pas à l'extérieur, revanche) + j'expose mon titre que tous les deux-trois mois si je suis dispo = trop de façons d'éloigner la ceinture du reste du roster. C'est pas crédible de se poser ce titre comme objectif tant qu'on est dans la situation. Donc la plupart des gens n'ont aucune raison d'espérer le titre... La compétition pour tous les étages en dessous est coupée de l'espoir de toucher au prix. C'est con pour une compétition "pyramidale", avec low-middle-up card.

Publié!

J'ignore pourquoi, ton comm était resté bloqué, spamafaute! Je vois ce que tu veux dire, mais je trouve que tu te fondes trop sur l'argument "il est invincible": dans les faits, il peut perdre. Au moins, le buildup peut être assez convaincant pour qu'on y croie, par exemple à Summerslam, dans le Fatal Fourway contre Reigns, Strowman et Joe, il récolte 55% des voix de nos pronostiqueurs, donc pratiquement un suiveur sur deux le voyait perdre. Plus généralement, c'est la question même du concept de build qui se pose là. Quand on veut qu'un événement soit grand, il faut le builder longtemps en amont: le type qui arrachera le titre à Lesnar en récoltera une énorme légitimité kayfabe, d'autant que ça se produira sans doute dans un très gros ppv. Perso, j'en profiterais pour créer une nouvelle star, comme la WWE le fait trop rarement (ainsi elle offre trop peu souvent le Rumble à des outsiders à mon goût) mais elle a su le faire par exemple en offrant le premier Universal Championship à Balor, ce qui était pas gagné. Donc je filerais le scalp de Lesnar à un Samoa Joe plus qu'à un Roman Reigns, mais bon.

merci pour le nettoyage du filtre :-)

Oui, il finira par perdre... Mais raconter l'histoire d'un mec qui va mériter / a mérité de gagner demande trop de build aujourd'hui, trop par rapport au simple "je suis un gars du roster qui se débrouille bien en ce moment, pourquoi j'aurais pas droit ?".
.
Moi aussi je préfèrerais qu'on donne la gloire à une star naissante plutôt qu'à Reigns, mais je pars sur l'idée que la stratégie "shoved down your throats" est prête à redevenir plus visible.

me rapelle plus

C'est prevu de faire des award de l'annee un jour ? au moins le catcheur de l'annee ca serait sympa ^^

Bon pour en revenir au lutteur de plomb, faudra un jour revenir sur la regle qui interdit d'avoir 2fois le meme vainqueur. Y'en a qui meritent ^^
Surtout que le roster de la wwe est qd meme assez figé depuis un bon moment ....

POur le vote, par principe je met tjs orton #1, même si depuis plusieurs années il a au moins le merite de plus lutter a plein temps.
Ensuite c'est dur de choisir, je pense qu'enzo va gagner mais y'a pas mal de pretendants au titre cette annee : cass, jinder, no chin, wyatt (le futur orton)...

AA je vote pas pour lui parce qu'il a raison apres tout. Pourquoi le cantonner aux CW alors qu'il a le talent pour faire un bon US ou IC ?

Goldberg : a fait le job, il a tjs été limité donc la wwe l'a utilisé pour le buzz. Rien a redire.

Bayley a pas été aidée par le booking du coup je vois pas ce qu'elle fout la ?

Idem pour Nak qui a fait une année de dingue a nxt et qui est sous utilisé à SD ... va vraiment falloir virer les bookers

Lana je vote pas non plus pour elle, elle est trop green, et surtout on sent clairement qu'elle est pas faite pour ca. Qu'on la laisse manageuse...
*
Perso j'aurai bien rajouté des lutteurs de nxt et de 205. Parce que bon togawa qui gagne le titre juste parce que c'est dans son contrat, alistair no-charisme black, peyton et sa copine etc... y'a du monde au portillon.

Et pi bon en categorie speciale je rajouterai bien les freres bucks et kenny omega ^^

Petit rappel:

seuls les membres du roster principal peuvent prétendre à la ceinture de plomb, ce qui exclut d'office toute la branche NXT.

Alistair Black en CDP ???

On a pas dû voir les mêmes Takeover...

Wow

J'avoue, comme quoi les gouts et les couleurs hein.. C'est fou même moi qui regarde d'un oeil NXT j'ai été assez subjugué par Alistair :o

Les Awards arrivent!

Pas d'inquiétude, ils arrivent ils arrivent, avec toutes les catégories habituelles, pas juste le meilleur catcheur pas de souci ;)

et bon

Faut etre plus aimable que ça, rainMaker.
L'an dernier, on les avait publié autour du 10 janvier. DONC on est dans les clous.

j'ai pas ete desobligeant pourtant

Je me rapellai pas du tout si y'avait d'autres awards du coup je demandai.
Pas d'arriere pensée derriere ;)

@coy: le nxt c'est pas loin de roster principal qd meme, y'a du bon niveau.

@Rapha-Hell : j'accroche pas du tout à black, au debut je trouvais la gymmick originale mais bon apres ses matches .... j'aime pas les brawler. Pi le mec est trop tatoué

Un numéro un évident

Je déteste Shane. Pouah pouah pouah. Je kiffais les deux Shane que je connaissais jusqu'ici: Shane Vendrell et Shane Walsh. Mais lui, rhaaaa. Vraiment l'impression qu'il a le démon de midi, le garçon. Certains se calment en se tapant la secrétaire, d'autres en se payant une grosse bagnole de sport, ben lui c'est en squattant des heures d'antenne, en cannibalisant des feuds entre de vrais grands catcheurs au summum de leur carrière, en livrant quelques matchs moisis (pas du tout enflammé par celui de Mania pour ma part) où des mecs qui ont quinze ans de moins et cinquante kilos de plus que lui en sont réduits à seller ses misérables coups de poing. Mais qu'il dégage pour de bon, putain.

le vrai vainqueur de la ceinture de plomb

C'est à l'évidence le type qui écrit Smackdown.
Car, rassurez-moi, il est bien seul le type? Il est pas possible que plusieurs personnes puissent en conscience convenir que, avec un tel roster, les types à mettre en évidence sont Orton, Mahal et Shane? Hein?

C'est vrai que le Road Dogg a

C'est vrai que le Road Dogg a réussi l'exploit d'être encore plus pourlingue comme booker que comme catcheur!

J'assume

J'ai mis Mahal en 14ème j'ai bien aimé son année et a mes yeux il est clairement dans l'up card maintenant. Je trouve que son règne a surtout été gâché par ses challengers.
Surtout Nakamura que je place en 2ème j'attendais d'être autant surpris que pour Aj Styles (que je n'avais pas vu depuis la TNA sur W9 avec Magloire) ce qu’annonçait les suiveurs de la NJPW malheureusement j'ai été surpris mais dans le mauvais sens du terme. Il est juste sauvé par sa fin d'année où il a surtout participé à des matchs en équipes.

Et en 1er j ai mis Bray Wyatt puisque je passe désormais tout les moments où il apparait alors que j'avais marké lorsqu'il avait remporté le titre WWE.

Vive Mahal !

Je l'ai mis dernier de mon classement aussi ! Je ne veux pas le voir gagner ce trophée, pour moi il fait partie du haut de l'affiche également et il a fait ses preuves cette année. En tout cas il ne mérite nullement ce trophée honteux!! Comme toi, son règne a pu être ennuyeux par moment par la faute de challengers peu inspirés, mais pas par la sienne. On lui a demandé de toujours catcher le même match, mais ce n'est pas vraiment de sa faute, et il a toujours fait le boulot, en s'améliorant au fil des mois.

Le cas Mahal...

...j'imagine qu'il fera encore débat dans 10 ans!
Pour ma part, je suis prêt à lui reconnaître certaines qualités et même une progression évidente MAIS même avec du recul, je ne comprends toujours pas pourquoi la WWE lui a confié un si grand rôle pendant 5 ou 6 mois d'affilée... ça reste totalement énigmatique pour moi.

marche indien

Comme toujours la wwe reflechit en $. Y'a 1 milliard d'indien ? hop on va foutre un champion indien ... ils avaient fait pareil avec khali mais ils ont pas retenu la lecon.
Enfin bon c'est pas nouveau ils ont fait pareil avec les mexicains... tant qu'ils reflechiront comme ca et pas en talent, ils feront tjs de la merde .... enfin avec AJ ils ont bien rattrape le coup

précision

Précisons que l'impact de Mahal sur le marché indien n'est pas si visible.
La WWE devait faire une tournée là bas, avec 2 dates d'annoncés, au final une des deux dates fut annulé car la WWE semble avoir surestimé l'engouement du public indien.
.
En gros, tout ca pour ca.
.
Si Jinder ne figure pas dans mon top 5, j'en fait mon favori avec Bray pour la ceinture de plomb.

A voté !

J'ai mon duo de tête.
Pour moi, on a un beau gagnant potentiel qui combine push foiré, matchs et feuds pourris, performances au micro douteuses, musique d'entrée lamentable et blessure à la con... Big Cass, bien la bonne année de merde !
En deux, je mets bien sûr Jinder Mahal parce que ça reste inconcevable d'avoir porté ce mec au main event si longtemps. We still hate you, Jinder.

Connexion utilisateur

What's up?



12 janvier

Les Awards s'empilent en une, ils ont soif de vos commentaires! Venez aussi voter pour désigner la ceinture du plomb 2017, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin