Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Horizons verticaux

J'ai pas voulu faire avocat, la mallette elle est quand même vach'ment lourde.

Serge le mytho

 

Le match du Money in the Bank est, depuis sa création, un des moments les plus attendus de l’année et il en est de même du PPV éponyme. Cette année pour la première fois, la bataille pour la mallette est exclusive aux catcheurs de Smackdown, mais elle inclut aussi une variante féminine. Ces deux affiches, plus la première défense de titre de l’inattendu champion Jinder Mahal ainsi que les débuts sur le ring de Lana donnent assurément à la carte un air d’innovation. Mais la question mériterait de figurer au bac de philo : nouveauté fait-elle nécessairement réussite ?

 

 

Qui c’est qui a commandé un indien sur Deliveroo ?

 

 

Nalyse de Money in the Bank 2017

 

 

Le PayPerView débute toujours par une partie exclusive au Network, ce que l’on appelle le fameux pré-show, durant lequel le public a pu voir le retour victorieux des Hype Bros aux dépens des frères Colon. Nous pouvons passer à la suite.

 

 

MITB féminin :

 

Les vraies hostilités commencent avec le premier Money in the Bank Ladder match féminin de l’Histoire. C’est en soi un événement de grande importance. Mais le casting fait-il rêver ? A part Charlotte, au talent indiscutable qui lui a valu le prix de catcheuse de l’année sur notre site, nous trouvons Becky Lynch dont le potentiel n’est pas toujours pleinement utilisé, puis Natalya, Carmella et Tamina qui ne promettent pas spécialement une affiche de folie.

 

Le fait est que malgré l’importance capitale du combat, l’affrontement est loin d’être palpitant. Comme si bloquées par l’enjeu, les filles semblent incapables de faire preuve d’originalité ou de jouer avec la stipulation. Quasiment aucune interaction à plus de une contre une, et une répétition du classique « je suis sur le ring, je prends un coup qui me fait rouler dehors, ma rivale prend un coup qui la met dehors elle aussi, et tourne tourne petit moulin ». Passons sur les cordes à linge ou les coups de pied tous mous qui n’ont pas donné une véritable impression de violence. La rencontre est plate, sans réelle ambition. Seule Charlotte sort quelques impressionnantes prises de son arsenal, notamment une belle pirouette depuis le poteau du ring réceptionnée par Tamina et Natalya. La foule, cela dit, chante rapidement des « This is awesome ! » à mes yeux exagérés.

 

 

Pour rappeler l’importance du vote aux élections législatives, les participantes décident de représenter une carte de France avant le début du match.

 

 

Alors que toutes les catcheuses se sont petit à petit neutralisées, une seule personne reste debout aux abords du ring. Et cette personne, c’est James Ellsworth, la mascotte inesthétique de Carmella. Habitué à foutre son nez où on ne lui demande pas, James fait chuter Becky, prend sa place sur l’échelle, grimpe, décroche la timbale et la donne à celle qui l’a friendzoné.

 

Voilà un cas d’école encore jamais survenu à la WWE, et visiblement les arbitres et officiels n’ont pas réfléchi à la conduite à tenir dans une telle situation. Pendant que trois hommes zébrés palabrent, Ellsworth décide d’officialiser le résultat en nommant au micro Carmella comme la gagnante.

 

 

Quand ta pote fait un bad trip en pleine pyjama party.

 

 

Ainsi s’achève ce premier Money in the Bank féminin, dont l’affrontement fut très banal mais le final hautement polémique. A jamais désormais, la première mallette destinée aux filles aura été décrochée par un représentant du sexe masculin. Mais le résultat n’en restera peut-être pas là, car rapidement des tweets furieux de Daniel Bryan et Shane Mc Mahon, tous deux étrangement absents ce soir, fusent.

 

Etait-ce une bonne ou une mauvaise idée ? La WWE savait pertinemment qu’elle subirait son lot de critiques suite à cette issue, mais c’est une construction scénaristique qui se défend. Ellsworth, en crétin heel, a gâché la fête qui devait être historique, rappelant un peu l'intervention de Gallows et Anderson lors du premier Cena-AJ Styles. Nul doute que l’an prochain, nous aurons un bel affrontement et une honorable Miss MITB.

 

 

Mais… mon vélo ?

 

 

Smackdown TagTeam Championship :

 

Absents plus d’un mois suite au draft (pardon, au shake-up), les New Day sont arrivés à Smackdown et directement challengers aux ceintures argentées jalousement gardées par les Usos.

 

Revoir le trio bondissant dans un match d’importance est un petit événement, car suite à la fin de leur règne fleuve cet hiver, ils ont passé un certain temps à ne rien faire entre les cordes.

 

C’est donc avec plaisir que l’on retrouve Big E et Kofi sur le ring, pendant que Woods bat le tempo.

 

 

- Visiblement nous manquions à quelqu’un mais à qui ?

- Qui ?

- Qui ?

- Quiqui ? Lol.

 

 

L’affrontement dure douze minutes de pur plaisir. Si ces deux équipes sont parmi les plus titrées des dix dernières années, ce n’est pas pour rien. Le nouveau style agressif et vindicatif des Usos leur va comme un gant, mais en face, les licornes rappellent qu’elles ne sont pas des peintres.

 

Big E passe son Spear vers l’extérieur du ring, ses souplesses, les jumeaux se régalent en kicks, splashs et torsions vicieuses. Surtout, Kofi fait le spectacle. Après avoir chuté lourdement du ring depuis la troisième corde, il se jette plus tard volontairement et de dos sur ses deux rivaux. C’est à ce moment que le New Day réussit à porter son finisher, mais les Usos fuient et décident que la fête s’arrête là. Epuisés, la tête sous l’eau, les Samoans se laissent compter à l’extérieur, perdant ainsi le match mais gardant fourbement leur titre.

 

 

La prise dite du goéland samoan a déjà fait moult victimes.

 

 

Voilà l’exemple typique d’un final controversé qui n’affecte pas la qualité d’une rencontre, qui fut excellente, mais dont l’issue est logique. Les Usos sont très forts, mais ils sont vils et ont senti le vent tourner en leur défaveur. Il est tout à fait légitime de ne pas donner le titre trop vite au New Day, mais de ne pas leur infliger d’entrée une défaite propre. La suite très vite, et c’est ma foi fort enthousiasmant.

 

 

Smackdown Women Championship :

 

Il y a quelques semaines, Shane McMahon, incapable de sortir une challengeuse du lot pour le titre de Naomi, avait décidé de foutre toutes ses catcheuses dans le désormais fameux MITB. Il aurait été bien emmerdé pour occuper sa championne lors du PPV si la sublime Lana n’était pas sortie du bois. La désormais danseuse de cabaret souhaite devenir une championne, et Naomi pêche par orgueil en lui accordant sa chance. Jamais la femme de Rusev n’avait foulé un ring pour un match officiel en un contre un. La crainte d’assister à une purge est grande.

 

 

Quand tu te rends compte que pour ton premier match officiel tu ressembles à Summer Rae.

 

 

Une fois la cloche sonnée, il est évident que Lana n’a pas encore appris énormément de prises, mais elle compense par une agressivité et une violence peu courantes dans la division féminine.

 

Naomi se laisse surprendre, subit des contres inattendus et se fait tabasser sur puis hors du ring. Le temps de reprendre ses esprits, la championne se ressaisit et délivre ses prises favorites, coup de fesses compris. Lana réussit tout de même à porter ce qui semble être son finisher, un Spinebuster amélioré qui passe à un doigt de la victoire. Alors que Naomi git au sol et que la challenger fulmine, Carmella revient faire un petit coucou dans l’arène, menace d’encaisser sa mallette avant de repartir. Distraite, la Soviétique se laisse prendre dans la ridicule soumission de Naomi et perd donc son premier combat.

 

 

Tu m’en veux pas, on reste copines ? N’oublie pas le cours de bachata samedi soir à 19h !

 

 

Le duel fut donc court et pas spécialement intéressant, mais je pense qu’on peut arriver à faire de Lana une catcheuse. Limitée sur le ring, elle incarne bien son personnage et transmet une vraie émotion, chose qui manque à mes yeux à la gentille mais lisse et ennuyeuse Naomi. Le final, encore une fois ce soir, est brouillon mais sème des graines pour la suite. Certains comparaient l’éventualité d’une prise de titre de Lana à celle de Mahal, mais il y a une différence cruciale : la belle est adorée par une frange importante du public. Probablement les mâles. Quant à Carmella, au vu de la colère des dirigeants de Smackdown, elle aurait dû encaisser de suite son bien pour les mettre devant le fait accompli. Elle préfère garder sa mallette, visiblement sûre de son bon droit, et on risque de la revoir souvent tortiller du fessier autour de la championne.

 

 

Fashion Vice et pouvoir de l’amour

 

 

Le déroulé des matchs s’interrompt quelques instants pour deux séquences qui n’ont rien à voir ni en scenario ni en qualité.

 

D’abord, la Fashion Police cherche à savoir qui les agresse continuellement. Heureusement, ils disposent de matériel technologique de pointe et reçoivent une cassette vidéo mystère de leurs bourreaux. Ces derniers, restant anonymes grâce à une obscurité complice, les invitent à venir ce soir sur le ring pour se confronterà eux. Nous saurons donc enfin qui s’en prend ainsi à Fandango et Tyler Breeze, qui continuent de se régaler et de nous régaler dans des segments géniaux. Une des réussites totales de Smackdown ces derniers mois.

 

Autre ambiance, la salle de St Louis accueille deux nouveaux membres du show bleu, un petit couple tout choupi bien connu des suiveurs de la ROH et de la TNA : Maria Kanellis, ancienne Diva de la grande époque, accompagnée de Mike ex-Bennett mais portant désormais le nom de son épouse.

 

Les deux délivrent une promo très cucul la praline sur l’angle du pouvoir de l’amour. Difficile de dire si cela donnera quelque chose d’intéressant, mais après le retour de Mickie James et l’annonce d’un Tables for 3 comprenant Eve Torres et Kelly Kelly, on dirait que c’est la mode d’être nostalgique envers cette époque de néant féminin.

 

 

Un pasito par ‘ante, Maria, un pasito par ‘tras.

 

 

WWE Championship

 

Le match pour le titre mondial arrive au cœur du show, et c’est un bon indice pour son issue.

 

Mais avant d’accueillir les deux protagonistes, la foule salue toutes les légendes présentes juste aux abords du ring. Il y a là Greg Gagne, Larry Hennig, le Sergent Slaughter, Baron von Raschke, Bob Orton le papa de, et Ric Flair pour finir. On devine si l’on est un peu futé que tous ces gens ne sont pas là par hasard juste pour bien voir la rencontre.

 

 

Quand tu racontes à tes potes ton dernier dépistage contre le cancer de la prostate.

 

 

Jinder Mahal puis Randy Orton arrivent dans une arène surchauffée par la présence de leur héros local. Si leur premier affrontement était très moyen, celui-ci dépasse plutôt nos espérances. Opposition violente qui commence par un Randy furieux noyant Jinder sous une pluie de coups, elle s’équilibre lorsque l’Indien travaille le genou fragilisé de la Vipère. Le match est disputé, partagé, le niveau des deux protagonistes semble se valoir, et sans assister à du grand spectacle, le résultat est tout à fait satisfaisant. Mahal pousse le vice jusqu’à porter le Figure Four à son challenger sous les yeux de Ric Flair. Finalement, Randy porte une souplesse depuis le haut du poteau au champion, et prend ainsi l’avantage nécessaire lui permettant de dérouler son arsenal, concluant le tout par un RKO. Malheureusement pour lui, il est trop près des cordes et les Singh Brothers tirent le pied de leur Maharadjah pour casser la prise.

 

 

Ch’ai pas touchéou !

 

 

Pas dupe, l’arbitre exclut les deux zigotos. Et se passe alors une chose incroyable et jamais vue : les sbires de Jinder refusent de partir ! Depuis le temps que je trouve complètement stupide l’attitude des laquais exclus qui se comportent comme si un aimant invisible les attirait dehors tout en protestant... Les Bollywood Boys protestent, résistent et s’en prennent même aux légendes situées devant le ring. Son père étant menacé, Randy se précipite, intervient et anéantit les crevettes indiennes. Mais ce grand couillon revient à la charge une fois, deux fois, trois fois pour bien leur faire très mal, à coups de RKO sur la table des commentateurs. Un temps précieux pour Mahal qui récupère tranquillement dans le ring, et puisque l’arbitre n’a pas l’air de vouloir compter Randy qui a bien passé deux minutes à l’extérieur, le champion cueille son challenger dans le Colosse pour le compte de trois.

 

 

Un match de championnat à domicile, c’est une chance en or, je dois rester concentré. Oh tiens ? Madame Wilson, la boulangère ! Elle fait de ces chocolatines à saliver… Et à côté c’est monsieur Oliver qui avait réparé les petites roues de mon vélo, faudra que je passe lui dire bonjour…

 

 

Jinder Mahal confirme son statut de champion du monde, et sur ce match, il a conquis une certaine légitimité. Orton, chez lui, a logiquement perdu, envahi par sa colère. La rencontre était agréable à suivre mais surtout, l’attitude non stéréotypée des Singh était originale et bien pensée. Maintenant que la Vipère est mise de côté, Jinder va pouvoir se trouver un nouvel adversaire.

 

 

The Fashion Police contre leurs agresseurs

 

Entre deux matchs de très haute importance, la tension retombe un peu grâce à l’humour de Fandango et Tyler Breeze, qui découvrent l’identité de leurs assaillants. Malheureusement rien de très travaillé : il s’agit de Konnor et Victor, les deux membres de l’Ascension, qui s’inclinent contre les défenseurs du bon goût dans un match très oubliable.

 

 

- On est pas contents.

- Si, moi je suis content d’être là, ça se voit pas ?

- Ha, pardon.

 

 

MITB masculin :

 

Finissons la soirée par le combat le plus attendu, la fameuse baston à six autour de cette précieuse mallette. Un clip historique nous rappelle combien une victoire ici peut changer une carrière, mais curieusement, le seul à ne pas apparaître est le seul à l’avoir remporté deux fois. Voyez de qui je parle ?

 

Entrent sur le ring AJ Styles, Kevin Owens, Sami Zayn et Dolph Ziggler, mais Shinsuke Nakamura a à peine le temps de faire tourner les violons qu’il est tabassé en règle par Baron Corbin, le dernier entrant. A un tel point que le Japonais est porté en coulisses par le staff médical, le match démarre donc à cinq participants.

 

 

- Le pauvre, j’avais dit que c’était une mauvaise idée de lui foutre une gimmick à la Janis Joplin !

- C’était pas Michael Jordan ?

- Non, il me semblait qu’on avait dit Samuel L. Jackson…

 

 

Si le Ladder match féminin fut une déception, celui-ci est une réussite totale. Le casting est excellent, et même si c’est triste à écrire, l’absence de Nakamura fait probablement du bien au rythme.

 

Owens, Zayn, Styles, Corbin et Ziggler donnent pendant quinze minutes le meilleur d’eux-mêmes, multipliant les combinaisons, utilisant les échelles au maximum, avec violence et rapidité. Ziggler et Corbin s’allient momentanément avant de s’envoyer des mandales dans la tronche. Kevin et Sami reprennent un peu de leur interminable guerre, et le Québecois passe à travers une échelle.

 

Tout le monde brille et difficile de deviner le vainqueur, mais Sami Zayn est véritablement en feu, jusqu’à ce que son frère ennemi ne s’abaisse à la pire des traitrises, lui envoyant un coup de latte létal dans les parties.

 

 

Quand tu te rappelles tous les bons moments passés avec ton ami d’enfance mais que tu dois quand même le taper.

 

 

A peine la menace rousse écartée, Owens se fade le Phenomenal en pleine forme et se mange une deuxième échelle. Bien parti pour décrocher la mallette, AJ est déséquilibré par Dolph Ziggler et flotte pendant quelques secondes dans le ciel de l’arène, avant de s’écraser lourdement sur le sol. Dolph détruit par Corbin, le Baron s’est ouvert la voie royale… Mais le moment est fortuitement choisi par Nakamura pour revenir dans la rencontre se venger de son bourreau. Accueilli comme un héros par la foule en liesse, Shinsuke prend le dessus sur tout le monde, sauf son ancien camarade au Japon, AJ Styles. Les deux hommes partent se battre tout en haut de l’échelle, mais chutent, délogés par Baron Corbin. Le loup est bien seul debout et peut décrocher la mallette, même s’il s’y prend comme un manche. Victoire de Baron Corbin.

 

 

Putain de mousqueton, j’avais pourtant bien visionné le tuto de Jack Swagger.

 

 

Ainsi s’achève ce premier PPV Money in the Bank exclusif à Smackdown. Le résultat est mitigé, mais cela commence à devenir une tendance globale. Avec un PPV toutes les deux semaines depuis la division des shows, la WWE tient le rythme en nous proposant des produits de qualité souvent correcte, mais jamais exceptionnelle. Le nombre de talents sous contrat garantit chaque dimanche soir de très bons moments, et il y en a eu cette fois là, grâce notamment aux équipes masculines et au casting du MITB final, mais les scénaristes semblent forcer leur imagination à produire des résultats originaux. Preuve en est le grand nombre d’issues polémiques. Lana  a fait les frais  d’une classique intervention musicale, et avant elle, les filles puis les équipes n’ont pas réussi à se départager convenablement. Sans parler des Singh brothers, éléments clés des victoires de Mahal.

 

Finissons en évoquant rapidement le cas Nakamura, ultra populaire mais protégé au-delà du raisonnable par une pirouette scénaristique lui évitant les trois quarts du main event. Evénement qui n’est pas sans rappeler la longue absence de Roman Reigns au Rumble 2016.

 

Maintenant, les mallettes sont en main, Summerslam approche, qui va casher, sur qui, comment et où ? A vous de pronostiquer !

 

 

Est-ce qu’on peut venir me descendre de là ?

Tres sympa

Mais qu'est ce que je n'aurai pas aimé être dans la salle pendant la premiere heure. Entre le final du MITB féminin (que j'ai plutôt aimé. La mauvaise assurance des filles qui hésitent a prendre les spots, perso je trouve ça logique) et le count out pour le titre tag team, ça fait deux finish "moisis". C'est marrant d'ailleurs parce que je disais a Backlash que c'était bien de finir le match entre Styles et Owens là dessus...
.
Après, c'est une autre limonade. Superbe ambiance bien envoyé par Le match WWE title et Randy Orton. Mais quelqu'un sait pourquoi tous les vieux étaient en ring side? ils étaient honoré par un hall of fame local ou quoi?

Pour les Hall of Famers

Il me semble que, dans une promo, Mahal avait dit qu'il était un plus grand champion que n'importe lequel des Hall of Famers (ou un truc du genre) du coup la WWE en a invité quelques uns (dont le père Orton) afin de poursuivre sa storyline à ce sujet.

Globalement...

...bien d'accord avec ce qui a été dit ici et là en comm' et dans la nalyse.
Je voulais juste signaler que j'ai bien ri grâce à la vignette de Orton qui reconnait des visages familiers parmi les spectateurs. :D

Par flemme, je remet ici mon

Par flemme, je remet ici mon commentaire posté sur l'analyse Catch Up de Jyskal et Yerem ;)

"Franchement le finish du MITB des filles m'a un peu beaucoup dégouté. Certes y a pas de règles donc pas de fautes de la part d'Elsworth et Carmella...mais non, pas comme ça non, c'est juste n'importe quoi. Et je reste en colère à ce sujet, même si je peux comprendre l'intérêt en terme de storyline. Surtout que, outre le côté historique de la chose, ça m'a foutu en l'air un match qui me plaisait grave.
Bon match tag team.
Lana a pas fait un mauvais match mais le match était pas terrible quand même.
Content de voir ET la Fashion Police ET The Ascencion pour un petit match pas dégueu (bon pas extra non plus hein).
Mike et Maria...je les aimais déjà pas à la TNA, je sens que je vais pas aimer parce qu'ils semblent partir sur le même délire.
Comme tu le dis Yerem, c'est la base cette méthode de heel (s'attaquer à une partie du corps) mais quand c'est bien fait ça marche bien :) Et oui, tout était bien aligné pour ce match. Mais perso je l'ai trouvé moyen, sans surprises. Par contre j'ai eu l'impression que Jinder avait moins les veines saillantes que d'habitude.
Cette powerbomb de dingue par Zayn, j'm'en remet pas. Le reste du match a été cool, chacun a eu son moment de domination et sa chance de grimper pour aller chercher la mallette. Un bon MITB :).
Mon top : le MITB masculin. Mon flop : le final du MITB féminin. Ma note : 3.5/5 (j'suis un peu plus sévère que vous)"

Super nalyse!

Content de voir que tu partages un avis plutôt positif de ce PPV qui était pour moi une belle réussite, bien au dessus des précédents.
.
Le MITB féminin est évidemment le grand sujet de discussion, et en cela au final on peut se demander si ce simple constat ne signifie pas qu'ils ont parfaitement réussi leur coup. N'avons nous pas tout simplement donné bien trop d'importance à ce "premier MITB féminin de l'histoire" en le portant aux nues avant même qu'il ait lieu. La WWE a capitalisé à fond sur ce sentiment dominant, qu'ils ont eux mêmes cultivé, pour mieux le broyer et s'en servir de ressort scénaristique ô combien frustrant. J'ai envie d'y voir une certaine maestria de booking, même si j'ai des réserves sur l'exécution, comme le flottement final des 3 arbitres ou bien tout simplement le fait que ce soit physiquement Ellsworth qui décroche la mallette. J'attache sans doute trop d'importance au symbole (et c'est en partie pour ça que je pense qu'ils ont vraiment réussi leur coup) mais j'aurais bien aimé que ce soit Carmella qui s'en empare vraiment.
J'avais imaginé par exemple Carmella et Becky à la lutte en haut de l'échelle. James grimpe à toute vitesse du côté de Carmella, la place sur ses épaules en finissant de grimper ce qui du coup la boost pour attraper la mallette devant une Becky médusée ! Ca aurait pu être visuellement vraiment fun et tout aussi dégueulasse pour le public.
Mais ce qui est fait est fait !
.
Ah et tes vignettes sont balèzes, mention à celle du check de prostate :o

T'as tout dit et bien dit

Et j'adore tes vignettes! Oui, on est dans une période où ça se cherche, et il est complètement fou de se dire qu'on est dans un monde où Jinder fucking Mahal est champion et Corbin a la mallette tandis que des catcheurs exceptionnels comme Styles, Owens, Zayn, Nakamura et Ziggler se retrouvent un bon cran en dessous... mais pourquoi pas? On était tous plus que sceptiques quand le Miz est devenu champion WWE en 2010 à la barbe de tout le gratin et finalement il avait très bien su jouer le heel couard. Mahal a d'autres qualités (surtout son physique stéroïdé et éventuellement son gimmick quelque peu daté) mais ne possède pas le niveau de Mizou au micro, mais j'aime bien quand de temps en temps un mec inattendu surgit de nulle part. Toujours du mal avec Corbin, car j'ai l'impression que si un heel a la mallette il faut que ce soit avant tout un beau parleur, mais laissons lui sa chance.
Sur les gonzesses, y a-t-il une explication officielle de l'absence simultanée de Shane et de Bryan lors d'un ppv de SD? En tout cas il est sans doute possible de faire d'une faiblesse (le décrochage de la mallette par Ellsworth) une force, par une sorte de revitalisation d'un Girl Power outré de s'être fait une fois de plus rouler dans la farine par un individu doté d'une (petite) bite. Comme tu dis pour conclure, tout ça donne envie de voir la suite, qui devrait notamment comporter une feud Styles-Nakamura bien bandante...

Lana...

Je suis à peu prés d'accord sur tout sauf Lana
.
Je n'ai vu qu'une blonde, apprécié par les males en rut, qui ne fait que crier et n'a qu'un move (son finisher).
Ca me rappelle beaucoup la période des Divas d'avant cette désormais lointaine pseudo "Diva revolution". J'espère ne pas la revoir dans les cordes, même si, malheureusement, je la vois elle et ruru partir en feud contre les Kanelis...
.
Sinon je trouve que le sunsetflip powerbomb est un très joli move quand il est bien réalisé; Zayn et Ziggler nous en ont proposé un très beau.

Une mallette sans money

Merci pour cette nalyse.
C'est globalement mon avis pour le ppv.
Le mitb des filles était frustrant tant par le rythme que par le final. J'ai attendu 3mns pendant le flottement des arbitres que retentisse le "here come the money " et que Shane relance le match. Cela n'arriva pas et il me reste qu'à regretter cette fin pas à la hauteur d'un match soi disant historique. Le match tag team était excellent. Kofi à fait le café!
Lana m'a agréablement surpris mais le match était trop moyen. J'ai vraiment du mal avec Naomi qui est trop fade pour moi. Elle ne m'emmmene jamais dans un match, surtout quand elle doit le porter.
Fashion files rigolos com d'habitude mais the ascensions trop limités pour faire un match intéressant.
Le match pour le titre était intense lui. Malheureusement la présentation des vielles canailles au bord du ring m'a immédiatement spolié la fin. Les frères sing vont pouvoir porter plainte pour tentative de meurtre. Orton les a encore plus dezingués que la derniere fois. La différence de gabarit est impressionnante. Mahal a fait le job, mais j'ai hâte que corbin le cashe.
Et enfin un mitb masculin excellent. J'avais qu'une crainte: que nakamura revienne à 2 mns de la fin pour exploser tout le monde et voler le résultat. Son retour m'a fait peur jusqu'au eye to eye avec aj. La fin excellente. Le rythme intensif tout le long. Respect pour le dos de KO qui a bien morflé. Qd AJ le projette sur l'echelle aie aie aie. Et enfin mdr qd corbin met 2 mns chrono pour ouvrir le mousqueton. Il a pas fait escalade au high school, Lui.
Bon ppv pour moi emmené par le match Tag team, celui pour le titre et le main évent.

Plouf

Ce vignettage de qualité !

Men Event

Very d'accord avec pleins d'éléments de cette nalyse, j'aime beaucoup que la description factuelle des spots laisse discrètement dépasser l'esprit critique :-)
.
Surtout, avec la déception devant l'essentiel du MITB féminin, je partage l'enthousiasme pour le combat des tag-team. J'irai peut-être pas jusqu'à dire "showstealer" (peut-être parce que ce n'est que le début de la rivalité), mais sans conteste l'autre match vraiment prenant de la soirée.

Connexion utilisateur

What's up?



17 octobre

Les résultats des pronos sur Hell in a Cell sont en ligne: qui a mis un genou à terre? Les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin