Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Ils ont enfin compris

Ils n’apprendront jamais! Ils n’apprendront jamais!

Moi, lundi soir, en découvrant l’identité de l’entrant en trentième position dans le Rumble Match

 

Comme d’hab, je disais n’importe quoi.

 

 

Je ne suis pas un bon trentième entrant. Je ne suis pas un mauvais trentième entrant. Je suis LE trentième entrant.

 

 

Nalyse du Royal Rumble

 

 

N’empêche, j’avais des circonstances atténuantes. D’une, j’étais bourré.

 

De deux, je souhaitais attirer l’attention et obtenir l’approbation de la douzaine de professeurs de cultural studies en la compagnie desquels je visionnais le show.

 

 

Merci à Yerem pour ce montage, car c'en est un: en réalité, je ne portais pas de couronne.

 

 

De trois, ce cri du cœur apparaissait, sur le moment, justifié : alors qu’on espérait tous voir débouler quelque entrant surprise dont l’apparition susciterait un rugissement de joie du public réuni dans l’énorme Alamo Dome et l’enthousiasme de notre aréopage — Finn Balor, Samoa Joe, Shinsuke Nakamura, Seth Rollins, Kurt Angle, voire pour les plus fous Daniel Bryan ou CM Punk —, c’est Roman Reigns qui fut le dernier combattant à surgir des coulisses. Roman Reigns, bordel! Le face qui avait été conspué tout au long de son combat, plus tôt dans la soirée, contre le heel Kevin Owens, et dont la défaite imméritée (puisque provoquée par une intervention de BRAUN) avait été accueillie par une explosion de bonheur de la foule. Le face qui, l’année dernière, avait été hué tout au long du Rumble. Le face qui, l’année d’avant, avait été copieusement sifflé après sa victoire dans le combat à trente. Le face, enfin, qui depuis deux ans récolte dans toutes les salles du monde des lazzis dignes de ceux qui s’abattraient sur Donald Trump s’il lui prenait la fantaisie de se pointer à un rassemblement de féministes musulmanes mexicaines anti-capitalistes. C’est ce type-là que la WWE avait décidé d’envoyer dans le ring en dernière position. Bordel, ils n’apprendront donc jamais?

 

 

C'est bon le vioque, tu m'as fait look strong, maintenant dégage.

 

 

Mais en fait si, ils ont appris! Reigns parvenait bien à faire le ménage, pardessuslatroisièmecordant l'Undertaker himself ainsi que Jericho et Wyatt, mais cédait finalement la victoire à Randy Orton — issue tout à fait surprenante à mes yeux, même si l’un de mes collègues me certifia qu’elle était favorisée par les fameux bookmakers anglais (car oui, on peut apparemment miser du pognon sur les résultats des ppv, ce qui explique par exemple que le dénommé Feud me more, qui a écrasé notre concours de pronos l’année dernière, soit aujourd’hui milliardaire).

 

 

Le secret du succès, quand on est parieur, c'est de ne pas hésiter à miser sur les grosses cotes.

 

 

Et d’un coup, tout rentrait dans l’ordre. Le Samoan détesté n’ajoutait pas à son impressionnant palmarès un second Rumble, laissant à un autre ancien vainqueur l’honneur de rejoindre le cercle très fermé des auteurs du doublé dans cet exercice si compliqué. Randy Orton se trouve donc désormais au même niveau que ses anciens camarades d’Evolution Batista et Triple H, ainsi que John Cena, Shawn Michaels et Hulk Hogan, à un cran de Stone Cold, qui reste le seul à avoir remporté l’épreuve à trois reprises. Résultat inattendu dans la mesure où RKO était devenu, ces derniers mois, le larbin obéissant de Bray Wyatt, et semblait voué, dans le combat à trente, à servir son maître jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au sacrifice ultime. Mais Reigns sortit Wyatt et Orton put donc jouer sa carte personnelle et retrouver d’un coup une Main Event Picture dont il avait été expulsé sans ménagement par Brock Lesnar à Summerslam.

 

 

- Randall, à présent que le destin aux griffes acérées a déchiqueté mon hubris cosmique et réduit à néant mes incandescents rêves de destruction de l'univers, il t'appartient d'entrer à ton tour dans l'obscurité et d'en devenir la sombre étoile à la clarté aveuglante.

- Hein?

- En résumé, éliminé ce gros con de Reigns et gagne le Rumble, t'as mon feu vert.

- Ouais, c'est ce que j'avais compris, je voulais juste être sûr.

 

 

On croyait qu’à bientôt 37 ans, la Vipère, qui navigua une décennie durant au sommet de la fédération, avait entamé une descente en midcard d’autant plus inexorable que la jeune garde avait résolument pris le pouvoir. On avait tort. Voici le Killer en lice pour un titre de champion du monde à Mania, et les perspectives qu’ouvre son triomphe sont innombrables. Comment Bray Wyatt réagira-t-il, lui qui ne peut que constater qu’Orton lui fut parfaitement fidèle tout au long du combat, le sauvant même de la rébellion de l’ancien démon favori du gourou, Luke Harper? Randy a confirmé à Smackdown, deux jours après le Rumble, qu’il ciblerait à Mania le champion de sa brand, titre détenu aujourd’hui par John Cena, ce qui nous offrirait une affiche aussi inédite qu’un Barça-Arsenal en Ligue des Champions, mais rien ne dit que Cena sera encore champion d’ici à la grand-messe, puisqu’il devra survivre entre-temps à un Elimination Chamber où, on l'a appris ce mardi, il remettra son titre en jeu face à Wyatt, Styles, Corbin, Ambrose et Miz... Sans oublier que, a priori, Styles aura droit à un rematch en un contre un. En tout cas, l’intrigue est là, et Orton apparaît revigoré par sa soumission volontaire à la Wyatt Family — comme quoi un petit passage chez les fous du bayou, ça marche à tous les coups, pas vrai Daniel?

 

 

Oui.

 

 

Merci Daniel.

 

Comme en 2009, Orton a gagné alors qu’il est entré dans le Rumble en tant que membre d’un groupe : les Wyatt cette fois, la Legacy à l’époque. Sauf qu’il y a sept ans, il était le leader incontesté d’un trio dont les autres composantes (Rhodes et DiBiase) se sacrifièrent sans états d’âme pour assurer sa victoire. Cette fois, il a dépassé son statut, rappelant au monde qu’un tel prédateur n’était jamais rassasié. Le ravissement de l’assistance au moment où il éjecta Reigns s’explique largement par l’identité de sa victime, mais il semble bien que, à présent qu’il n’apparaît plus comme étant surpushé, Randy ait regagné les faveurs du public, et il sera difficile d’en faire un heel absolu au moment de Mania...

 

 

Il a fait Roman look faible! Couvrons-le de notre adoration!

 

 

Cette victoire, ô combien maligne, est venue couronner un Rumble largement réussi. Oh, tout ne fut pas parfait, sans doute — on songe aux entrées extrêmement tardives des trois brutes favorites Lesnar, Goldberg et Taker, et à l’absence des stars de NXT espérées —, mais le rythme fut bon, plusieurs jeunes ont pu briller, de nombreuses mini-histoires furent adroitement racontées, et les moments de lol furent réussis et ne parurent pas forcés comme certaines séquences des années précédentes (on songe à ce moment gênant où Hornswoggle et Cena formèrent une alliance sur le ring en 2011, ou encore aux entrées lourdingues de tous les annonceurs les uns après les autres en 2012).

 

 

NON MAIS DIS TOUT DE SUITE QUE JE POSTILLONNE!!!

 

 

Comme attendu, Lesnar et Goldberg ont repris leur feud là où ils l’avaient laissée après les Series, le vieux prenant à nouveau facilement le dessus sur la bête. L’histoire s’écrit d’elle-même — leur rencontre finale a d’ailleurs été officialisée dès le Raw du lendemain — et on ne peut que saluer la justesse des bookers, qui au lieu de nous jouer la partition prévisible d’un Goldberg en mode Rocky, confronté à une montagne infranchissable qu'il ira affronter au courage, ont choisi d’insister sur la vulnérabilité du monstrueux Brock face à cette Némesis qu’il n’a jamais su vaincre jusqu’ici.

 

 

- Brock! Fais du break dance pour moi!

- Oui maître. Tout de suite maître.

- Hahaha, qu'est-ce que t'as l'air con, hein mon con?

- Sans doute maître.

- Tu sais quoi, je vais appeler ça la Brock Dance, je vais déposer le concept et je vais me faire des couilles en or grâce à ça!

- Comme il vous plaira, maître.

 

 

Le fait que ce soit le Taker qui ait éliminé Goldberg a pu laisser croire, un temps, qu’il se mêlerait de la feud des deux colosses, mais il n’en sera rien puisque leur match se fera en un contre un. Le croque-mort pourrait donc s’orienter vers Reigns pour le punir de l’avoir sorti, ce qui permettra peut-être d’enfin entériner le heel turn du Samoan — mais c’est pas la première fois qu’on anticipe à tort une telle possibilité, donc ne nous emballons pas.

 

 

A cinquante balais, l'Undertaker a décidé d'incorporer une nouvelle prise à son arsenal: le Mandible Claw. Et c'est encore plus dégueulasse que l'original.

 

 

Un cran au-dessous, le grand bonhomme du combat fut bien sûr BRAUN, qui obtint le record d’éliminations de la soirée (7, dont Big Show et Mark Henry, comme l’année dernière) avant de céder face aux efforts conjugués de tous ses adversaires réunis, son scalp revenant à un Baron Corbin très dynamique. La plupart des autres midcarders ont également sorti leur épingle du jeu (big up à Jack Gallagher, plus marquant en trois minutes de présence que le Miz en trente, mais aussi à un Sami Zayn vaillant, un Tye Dillinger aérien après être évidemment entré en dixième position et à un Harper en révolte), les feuds en cours ont été correctement gérées (Cesaro et Sheamus, qui avaient perdu leurs ceintures tag team en début de show, ont éliminé d’un coup les trois New Day avant qu’une énième trahison de l’Irlandais ne cause leur perte) et les humoristes (Gallagher, mais aussi Ellsworth, Kofi avec son spot réglementaire, Enzo venu se faire tuer par Brock, Cesaro qui Giant Swingue tout le monde au point de s’emparer par erreur de Sheamus, j’en passe) ont tous apporté leur écot.

 

 

Lassé d'être sans cesse comparé au Big Show, BRAUN montre ici que sa véritable source d'inspiration, c'est Shawn Michaels.

 

 

Ajoutons que Chris Jericho a gratté un titre d’Iron Man (le deuxième d’affilée) en passant une bonne partie de la soirée hors du ring (je ne m’expliquerai jamais que les heels ne fassent pas ça systématiquement jusqu’au bout) et est devenu, ce faisant, le recordman de la durée totale passée dans les Rumble Matchs (4 heures et 57 minutes, soit une heure de plus que son plus proche poursuivant Triple H), et on tient donc un Rumble Match à la fois réussi et historique. Que demande le peuple? Une confrontation inattendue à laquelle on n'aurait jamais pensé assister un jour?

 

 

Service.

 

 

Le peuple demandait peut-être que le ppv Royal Rumble ne se résume pas au Rumble Match, comme ce fut trop souvent le cas par le passé? Eh ben il a été servi.

 

Les combats précédant la grande explication collective ont quasiment tous été enthousiasmants, à commencer bien sûr par le seizième sacre mondial de John Cena, qui lui permet d’égaler Ric Flair au sommet du palmarès de la fédération (sauf que lui, il a vraiment gagné 16 titres de champion du monde à la WWE). On retrouvera très probablement son affrontement avec AJ Styles tout en haut de nos classements des matchs de l’année 2017, et ce sera tout à fait mérité : ce furent 24 minutes très intenses, menées tambour battant, dont les dix dernières furent un véritable festival de contres, de finishers et de nearfalls super crédibles dans tous les sens, jusqu’à ce qu’un double AA permette à Cena d’en terminer. On peut éventuellement gloser sur cette recette si chère à la WWE pour ses big matchs, qui consiste à multiplier jusqu’au vertige les manœuvres maousses et les dégagements à SIMPLEMENT DEUX — il n’y a plus guère, à ce stade, de psychologie, voire de stratégie à l’œuvre —, mais force est de constater que c’est diablement efficace. Au final, on n’a même pas le réflexe de se dire Cenawinslol : il n’avait plus été champion du monde depuis l’été 2014, une éternité pour lui. Comme quoi, là encore, les bookers ont compris : son recul durable dans la hiérarchie a permis de faire accepter sans grand souci le retour du Marine au sommet.

 

 

Du haut de cette corde, 0,39 siècle d'histoire vous contemplent.

 

 

 

Le combat entre Owens et Reigns pour le titre Universal fut, techniquement parlant, tout à fait réussi. Les deux bonshommes se connaissent par cœur, à force de batailler depuis des mois dans diverses configurations, et c’est peut-être le problème : l’affiche n’avait plus grand-chose de frais, et ce n’est pas l’étrange stipulation relative à Jericho qui allait réellement y changer grand chose. Y2J, depuis sa cage, se contenta de balancer à son pote un poing américain qui ne suffit pas à lui assurer la victoire.

 

 

- Tiens Kevin, je te balance ça!

- Un poing américain? Ca ne suffira pas tabernacle, t'as vu comment il est strong ce caribou?

- Ce n'est pas un poing américain. C'est un étau à couilles.

 

 

L’innovation vint plutôt de la règle No DQ, qui transforma un temps l’affrontement en Tables and Chairs Match (les deux bélligérants eurent beau chercher, pas d’échelles sous le ring) et autorisa surtout l’incursion de BRAUN, qui atomisa Reigns et offrit la victoire au champion sortant — capitalisant ainsi sur la promesse de ce dernier de lui offrir un Title Shot sitôt Reigns écarté, comme quoi on a beau avoir la gueule de BRAUN, on peut aussi avoir de la jugeote, voilà qui laisse un espoir à Latrell. Un monstre qui n’est pas un débile mental mais qui agit de façon cohérente et même intelligente, on voulait ça depuis longtemps et apparemment, une fois de plus, les bookers ont compris ce qu’ils devaient faire...

 

 

L'autre leçon du soir, c'est que le véritable homme que la gravité a oublié, c'est Kevin Owens.

 

 

On se dit à cet instant que Roman allait nécessairement intervenir à son tour dans le Rumble pour causer la perte de BRAUN, mais une fois celui-ci éliminé, on oublia totalement cette idée, d’où la surprise courroucée ressentie lors de l’entrée de THE GUY, surprise heureusement commuée en soulagement quelques instants plus tard, on l’a dit.

 

Oui, décidément, il n’y eut guère de fausses notes en cette bien faste soirée. Les bookers ont également assuré dans la gestion des révolutionnaires à chromosomes XX, qui eurent droit à pas moins de trois matchs ce dimanche. Chaque fois, la logique a prévalu. Dans le trois contre trois de Smackdown, il fallait qu’une face fasse le tombé sur la championne Bliss pour obtenir un title shot. C’est donc Naomi qui a raflé la mise — au temps pour le premier match depuis quoi, six ans, de Mickie James, qui devrait sans problème trouver une place de choix dans la Divas Revolution.

 

 

Révolution: Mouvement effectué autour d'un axe de rotation immobile par une ligne, un plan, une figure mathématique.

 

 

Nia Jax a expédié sans grands soucis une Sasha Banks présentée comme diminuée. Plus que normal, et une marche de plus gravie par la géante dans sa marche vers un title shot.

 

 

Nia Jax Télamonide.

 

 

Enfin, la série d’invincibilité de Charlotte en ppv s’est poursuivie aux dépens d’une Bayley qui a fait mieux que de la figuration (13 minutes de match). Rien à redire, tout ce beau monde vogue tranquillement vers Mania et vers l’arrivée d’Asuka qui devrait rebattre les cartes. Une fois de plus, on se surprit à féliciter ces bookers qu’on a tant villipendés : ceux qui doivent gagner gagnent, ça se fait d'une manière qui n’insulte pas notre intelligence, et les filles se crêpent moins le chignon qu’auparavant, préférant se porter des prises de catch, et c’est quand même pour ça qu’on est là.

 

 

- FREE HUGS!!!

- Mais elle est folle!

 

 

Idem chez les Cruiserweights : Neville a grave le vent en poupe et gagne donc son premier titre sans coup férir dès la première occasion, broyant méchamment Swann dans sa prise de finition. J’avais des doutes sur sa capacité à jouer les heels, mais j’oubliais à quel point les Anglais y sont génétiquement prédisposés. Il lui suffit de retrousser les babines et nous voilà en présence d’une espèce de mini-Wade Barrett, en plus nerveux mais tout aussi méchant; comment pourrions-nous ne pas adhérer?

 

 

Vous aussi vous seriez vénère comme ça si toute votre vie durant vous aviez souffert d'avoir les oreilles aussi décollées. Le mec quand il fait du vélo il recule!

 

 

La seule légère déception vient probablement du match tag team masculin. Oh, la perte des titres de Sheamus et Cesaro n’a rien de choquant (et nous permet d’espérer à tort, pour la centième fois, un mégapush du Musclor suisse), et Gallows et Anderson ont bien mérité de pavoiser un peu après une première année pour le moins mitigée ; mais il n’est pas certain qu’on revoie un jour la stipulation des deux arbitres, qui finalement n’a pas apporté grand-chose — si ce n’est la confirmation qu’on peut tromper une personne une fois, mais aussi deux personnes une fois, méditez ça. Au vu de la capacité nouvelle de la WWE à tirer les enseignements de ses erreurs, on se dit que ce n’est pas demain la veille que cette stipu à la noix sera réemployée.

 

 

Les bookers tirant les enseignements de leurs erreurs, illustration.

 

 

Au final, étonnamment, on retient une impression de nouveauté alors que les grands vainqueurs de la soirée s'appellent John Cena et Randy Orton — c’est dire si leur recul dans la carte, ces derniers mois, leur a été bénéfique. C’est dire aussi si les bookers ont amélioré leur produit — à cet égard, je vous invite en toute immodestie à comparer ce RR à celui de l’an dernier ou à celui de l’année précédente ou encore à celui de l’année d’avant. (Vous n’êtes pas obligés de lire la totalité des papiers mais les titres vous indiqueront la tendance). Bref, ils ont compris. Prions que cette illumination les accompagne au moins jusqu’à Mania, voire jusqu’à la fin des temps.

 

 

Un peu compliqué de faire "sixteen time" à la "five time" de Booker, mais avec l'aide de ses amis John y arrive! Lui aussi a compris!

Soirée tip-top !

Le plus grand Rumble de tous les temps au manoir. Historique !
Cool la trollface qui est quand même beaucoup plus seyante que mon véritable visage (si on peut appeler ça un visage...).
Merci pour cette nalyse très juste !

Nalysons tout ça

J'ai pour ma part trouvé cette soirée très très réussie par la WWE.
Je zappe les éléments en préshow ou peu intéressants. Les filles ont fait un fight costaud (Charlotte et Bayley), sympa et efficace, qui remplit bien son rôle de pas voler le show car début de rivalité.
*
Reigns Vs Owens, c'est du caviar. Roman est bon dans cet exercice violent, et Owens a enfin pu se régaler et montrer pourquoi, sans Jericho ni personne, il est Mister Wrestling. Quel match, quelle baston ! L'intervention de Strowman est presque même pas décevante pour le finish, c'est un élément de violence en plus. J'ai adhéré !
*
Faut-il reparler du seven stars match ? Cena Vs AJ Styles, quatrième manche, clairement la meilleure et le match le plus ouf depuis bien bien longtemps. J'étais dingo, et la victoire de Cena entérine le caractère légendaire de cette putain de rencontre.
*
Et le Rumble ? Très bien, je trouve.
Oui très bien. Il y avait trois grosses stars. Qui ont vendu le show. Mais ce sont trois part timers en fin de carrière. Franchement, vous auriez aimé les voir défoncer tous les permanents ? Certains disent "tout ça pour ça", moi j'ai trouvé ça nickel. Ils sont arrivés vers la fin, ça a monté l'intensité du match, ils ont envoyé rapidement du bois entre eux, mais quand les choses sérieuses ont commencé, hop ils dégagent. Vous êtes des légendes, mais du passé. Le présent c'est ceux qui viennent là tous les soirs. Une bonne leçon !
*
J'ai bien aimé que la WWE nous surprenne un peu : Jericho en 2ème, Strowman qui envoie du gros lourd mais qui sort très tôt, preuve qu'il est bon et en devenir mais qu'on lui met pas une trop grosse fusée au cul ; Wyatt et Orton dans le carré final ; et bien sûr Reigns en trentième. J'ai détesté, j'ai rien compris sur le coup, mais au final c'est bien joué. Bien joué si c'était pour assumer pleinement la heat autour de lui.
*
Enfin, la victoire d'Orton. Oué, je peux tout à fait comprendre que voir Randy Orton gagner en 2017, succéder à Triple H, Reigns, Batista et Cena ça fait pas rêver, "same old shit", et que Bray, Zayn ou autres donnent l'impression qu'ils sont un cran en dessous.
Mais moi j'ai sutout vu une surprise totale, une victoire inattendue de quelqu'un qu'on voyait en feud interne dans la Family. J'ai vu la loyauté totale de Randy contre Bray, qui laisse plein plein de pistes pour WM.
Et je me suis surtout dit qu'après toutes ces années de carrière et un an entier hors des rings, depuis qu'il est revenu se faire ouvrir le crâne par Brock, il assure le père Randall. Son assoc avec les tarés marche à fond, le public est en feu. Il mérite.

Je suis moins enthousiaste,

Je suis moins enthousiaste, mais je confirme pour orton, en meme temps, tout le monde s'accorde a dire qu'il fait du super taff depuis son retour de blessure, et ce depuis quelques mois, j'ai cru lire que même vince etait fan...#récompense

J'arrive toujours pas à me

J'arrive toujours pas à me décider sur l'élimination de Goldberg. J'ai quand même l'impression que c'était pas vraiment prévu... Même si ça reste plus ou moins un détail de l'histoire.
Concernant le PPV en lui même, j'étais assez fou devant le match de Cena et Styles, qui ont livré un match de brutes (pas le plus esthétique qu'ils ont fait, mais bordel ils donnaient vraiment l'impression de vouloir enterrer l'autre). Le seul défaut reste la défaite d'AJ qui devrait, selon ma grande objectivité, rester champion pour les quinze prochaines années.
RR et KO ont fait un match très solide, même si effectivement on commence à connaitre l'affiche. Un peu trop de Roman looks strong, mais maintenant c'est écrit dans la constitution de la WWE. RR est assez convaincant dans les stipulation "extrêmes".
Pour revenir au Rumble Match, j'ai été légèrement déçu. Finalement on n'a jamais vraiment eu d'arrivée surprise, ou de retour (de grosse'importance j'entends). C'est aussi ça le Rumble.

EC erreur

re-Yo.
Juste une petite précision sur l'EC, tu annonces Wyatt, Styles, Ziggler, Ambrose et Miz (avec Cena) mais, ce ne sera pas exactement ça. Il faut remplacer Ziggy par Baron Corbin.

Tout ça pour ça (encore!)

Moi ce que j'ai compris, c'est que la WWE a clairement axé le plus gros de sa communication sur la présence des trois big names que sont Lesnar, Goldberg et Undertaker. Et il s'avère que leur utilisation dans le match a été des plus restreintes. Peut-être ai-je mal appréhendé ce Rumble mais moi, j'attendais tout particulièrement ces trois là au tournant et à cet égard j'ai été sacrément déçu. La bonne douche froide! Dans mes rêves les plus fous, j'avais même imaginé voir Lesnar et Goldberg débuter les hostilités en entrant en position 1 et 2. Bon ok, j'ai été un doux rêveur sur ce coup, au temps pour moi. Maintenant de là à les faire entrer seulement à la fin, pour en plus ne les voir rester que quelques instants sur le ring, faudrait voir à ne pas se moquer du spectateur. Alors certes, les trois bonhommes étaient bel et bien là (encore heureux) mais de mon point de vue, leur utilisation s'est avérée hautement décevante tant ils ne sont pas restés suffisamment longtemps sur le ring. Évidemment je ne m'attendais pas à ce que Goldberg tienne 3/4 d'heure sur le ring mais en même temps, je ne pensais pas non plus qu'il ne ferait qu'une brève apparition. D'ailleurs il me semble bien que chaque lascar n'a même pas passé ne serait-ce que 5 minutes sur le ring. C'est un peu léger non? Alors oui, ça a permis de créer des "moments" avec notamment la confrontation Goldberg/Taker mais finalement ça n'a pas non plus donné beaucoup plus que ce que certains segments de raw peuvent donner.
En un mot: frustration. Et avec l'épisode des Series, ça commence à faire beaucoup.
.
Et puis le Taker commence à avoir un gros ventre. C'est moche.

C'est le pb avec les vieux

Tous leur match sont courts.
Ou alors faut les mettre KO dans un coin dans un triple threat ou autre histoire qu'ils dorment pendant que les catcheurs actifs font le travail. Ça avait été le cas avec lesnar d'ailleurs non ?
Ce qui est embêtant c'est que chaque année t'as un retraité de plus prévu à mania. Si en plus t'ajoute un non catcheur comme le Shaq, tu te dis que les autres auront du boulot pour pas endormir la foule.

tout à fait d'accord

sur l'analyse du PPV. Je l'ai trouvé solide de bout en bout, y compris en preshow, et avec un rumble rudement bien construit. Même si je suis également déçu de la défaite de Sheasaro tant je suis persuadé qu'ils ne vont par réellement en bénéficier en solo.

Par contre si mon percepteur des impôts nous lit: ne croyez pas ce qu'Axl vous dit, on ne gagne rien à toujours parier sur les vrais favoris!

Bon PPV...

... final décevant

A part une légère déception pour le match des CW, j'ai trouvé l'ensemble du PPV très satisfaisant, pré-show compris.
Par contre la fin du RR me dérange, pas parce que je n'aime pas Reigns, au contraire parce que je l'aime bien ( ;)))) ) et que ça ne lui rend pas service.
Je peux pourquoi pas adhérer à la théorie "la wwe voulait mettre Orton over", les gens de Stamford nous ont habitué à pire (même si je pense plutôt qu'elle souhaite surtout générer du buzz ). En revanche, je ne comprends pas l'intérêt du move.
- Orton est heel (et en l'état des choses le champion de sa brand est top face), quand il gagne en 2009 il a le même positionnement. Je n'ai entendu personne cette année là dire que le vainqueur du Rumble devait finir sous les vivas de la foule. Ce type de raisonnement aurait été valable pour les victoires de Batista ou de Reigns (ils ont tenté de le faire avec Kane et le Big Show d'ailleurs).
- Orton était avant le Rumble ultra over, suffit de voir les réactions de la foule lors du match pour le titre par équipes à SD (début décembre je crois). Comme je l'ai dit sur le forum, il aurait pu punt kicker Slater en restant popé.
Sortir le mal aimé Reigns lui a certainement fait gagner un peu de pop supplémentaire, mais si c'était le but recherché on pouvait remplacer Reigns par le Miz amha (et continuer d'enrichir la heel heat de ce dernier en le faisant sortir Wyatt et Jericho).

Donc au final je trouve que l'intérêt pour Orton est très limité (voir inutile) et que Reigns, à moins qu'il ait enfin droit à un heel turn, se mange de la heel heat supplémentaire gratuitement. J'aime beaucoup le samoan mais je pense qu'on peut raisonnablement dire qu'il n'a pas la qualité d'un Cena pour gérer une foule hostile et se la mettre dans sa poche.

D'un point de vue plus global, mon petit côté old school me fait toujours avoir du mal avec des décisions type "faire manger de la heel heat volontairement au top face" que je trouve improductives sur le moyen terme.

Je pense qu'ils en ont pris leur parti

Reigns est conspué partout, y a plus moyen de le sauver en tant que top face, ne serait-ce que parce que comme tu dis c'est pas Cena. Et le but n'est pas de garder Orton heel à mon avis. Au contraire. Il y avait pas mal de moyens, dans un Rumble, d'y parvenir, mais il a fait le show et gagné à la régulière en sortant à la fin un mec nettement plus frais. Donc le but était clairement de le faire gagner avec une grosse pop, et quel heel pouvait camper un prétendant à la victoire assez sérieux pour rester jusqu'au bout avec lui? Seulement Bray, à mon avis, et ils n'ont pas voulu déjà sabrer leur collaboration. Même le Miz, malgré ses récents progrès, ne faisait pas vraiment crédible. Donc on décide que c'est RR que RKO éliminera en dernier, on est certains que ça produira une grosse réaction positive, un peu comme y a un an avec Triple H, sauf que là ils espéraient la réaction inverse...
Cela dit, il est peut-être possible de faire de RR non pas un heel mais un tweener, dont il a déjà le discours et le catch. Mais un tweener, c'est un bonhomme qui n'affronte pas que des heels! Il s'en prend indifféremment aux uns et aux autres, or depuis des mois Reigns est en bisbille avec les heels KO et Y2J, et s'allie au néo-face Rollins. Un petit run contre un face suivi d'un autre contre un heel, et ça pourrait passer. Genre il feude avec Zayn, le bat, mais prend sa défense quand Strowman vient piétiner le cadavre, un truc dans le style...

Mais

Il peut tres bien feuder contre Zayn en face et le sauver après
.
Pas sur qu'il est la carrure d'un tweener,n'est pas Michaels qui veut.
Pour moi Reigns est un archétype de cena 2009-2013. Il se dit face mais c'est un heel en puissance qui s'ignore.
L'un vient ruiner le "mariage" de rusev qui n'avait rien demandé, se fait huer face au top heels de la fédé..., Cena gagne en skotchant les pieds de batista, fait des photomontages dégueux (j'ai toujours trouvé que ca faisait partie de l'attirail heel)...

Yeah

Très belle soirée en trop bonne compagnie.
Je souscris évidemment à l'avis global du spectacle proposé. Les matchs hors rumble était tous de qualité (a part le Charlotte - Bayley, mais j'étais mal placé) et le rumble lui même, assez fantastique.

Beaucoup de bon

Dans le ppv comme dans la nalyse, beaucoup de bon.
Déjà... Le rumble donnait bien une impression de gros show. Après plusieurs ppv très sympas en contenu, mais qui donnaient l'impression de "petit budget", là je sais pas si c'est une question de taille de salle, d'éclairage, de rythme, de prod... Mais c'était bien du bigger than life comme j'en attend de la wwe.
.
Cena/Styles... Vous avez remarqué que Cena change de tonalité depuis qu'il est revenu, et que la positive attitude est plus nerveuse ? Que ce soit inring, ou dans les promos, plus hargneuses que ses punchline faciles habituelles ? Oh, ça reste Cena l'ami des enfants. Mais avec un peu moins de sucre, un peu plus de sel.
Match superbe, avec donc le Cena des meilleurs jours, qui donne à la fois ses classiques et des mouvements surprises, et un Styles qui réussit à le mettre over sans avoir l'air d'être faible.
.
Pour l'entrant numéro 30 , sinon... je suis partisan de la théorie vue sur le forum de "c'était une excellent façon, très consciente, de mettre Orton over". Et oui, ils ont compris, le fait même de faire perdre Reigns dans cette position quand on flippait tous qu'une fois de plus il rentre en title picture quand personne n'en veut, c'est une façon de dire "ok, on change un peu de disque".
.
Sinon, je sais pas ce que ça donnera au Raw d'après, je verrai ça assez tard cette semaine, mais en attendant, Lesnar se fait sortir en quelques secondes face à Goldberg, et ahlala comme ça me plait. Le côté bien vu c'est que ça l'a pas empêché d'être intouchable pour le reste des rumblers. Et pour Goldberg, se faire sortir par le taker, c'est pas un déshonneur pour son ambition kayfabe - tout en leur permettant à tous deux de pas "encombrer" l'histoire du roster... Bon du coup le deadman makes Reigns look strong.
.
Pis yavait la petit téléportation. Marrant, je la passe au Taker, avec les Wyatt ça me gonfle. J'ai déjà renoncé à l'objectivité quand je regarde le catch, mais même, tfaçon, on est une légende ou on l'est pas. Bray, l'est pas. Tiens, au fait, pour une fois, j'aime beaucoup sa storyline à lui, j'aimerais bien qu'elle se termine pas en queue de poisson juste parce qu'Orton a autre chose à faire... Or c'est sa musique d'entrée perso, pas le mix avec celle de la famille, qui a résonné à la fin.
.
Gallagher ! J'aimerai bien qu'ils en fassent ce qu'ils n'arrivent pas à faire avec Ambrose, quelqu'un dont la comédie permet une efficacité insolente.
.
Bref... Des tas de bons moments. Même si le rumble avait quand même pas mal de moments "mous" (le défaut récurrent de la stipulation, difficile de pas noter qu'une partie du ring fait tapisserie en attendant les entrées), et que l'entremélage du fil rouge (les wyatt) avec le reste du match aurait pu être juste un poil moins discret... Par exemple avec une interaction avec Straumann, alors qu'au contraire tout a été écrit pour qu'ils se croisent pas. Je regrette aussi, affectivement, qu'il y ait pas eu d'entrée prestige ou de "nouvel arrivant" de plus... Même si, rétrospectivement, ç'aurait été difficilement faisable sans nuire à ces participants en les délégitimant d'emblée.
.
Mais très bon ppv, un 4/5 à l'aise, bon panachage des deux ambiances de title shots et du gros morceau.

Oui, j'aurais dû le souligner

Effectivement, un autre élément à porter au crédit des bookers est l'attitude de Cena dans les dernières minutes du combat, des mimiques bien heelesques et une détermination à la limite de la sauvagerie, ça aussi ça renouvelle son personnage et, par ricochet, ça rend la défaite de Styles encore moins douloureuse pour lui (il n'a cédé que face à un Cena surmotivé comme jamais, à la lisière de ce fameux heel turn qu'on a cessé d'espérer). Bien vu aussi pour l'ambiance plus "grande soirée" et le themesong d'Orton, annonçant discrètement son triomphe final. En revanche, pas trop compris ce que t'entends par "l'entremélage du fil rouge (les wyatt) avec le reste du match aurait pu être juste un poil moins discret", au-delà de la non-interaction avec Braun...

Wyatts everywhere

Le fait que les wyatt "gagnent", même si c'est voué à être bénéfique seulement à Orton, ça vient après la trahison de Harper. En gros, ce qui était vendu, c'était que les "héros" de l'histoire de ce match, ce serait les favoris, Goldberg, Lesnar, Taker... Mais ils entrent plutôt tard et ne restent pas. Les Wyatt jouent sur plusieurs tableaux : éliminer des gens, cassure des liens internes, éliminer Reigns à la fin, laisser l'ouverture sur l'avenir "et maintenant, Orton, tu en fais quoi de la famille" ? Avec la victoire d'Orton, c'est cette histoire qui ressort comme "importante", à mes yeux. La feud Golberg/Lesnar, l'ascencion de Corbin, la trahison de Sheamus... Je les trouve moins structurantes pour l'histoire du match. "Evidemment puisque ça fait pas la fin !" Oui, tout ça est un raisonnement rétrospectif, mais je crois que l'écriture wyatt du Rumble est réelle.
.
Parce qu'elle structure aussi la durée de présence de Straumann. C'est une solution correcte de pas les avoir fait se croiser, mais je crois que s'ils s'étaient croisés, même pour s'éviter ou faire une alliance complètement "circonstancielle", ça rendrait visible l'importance des Wyatt ce soir-là. Remplacer la contrainte cachée "faut pas qu'on emmêle leur histoires" par un "on assume l'influence de la famille". Et ça m'aurait peut-etre plus satisfait, avec une telle continuité, j'aurais moins eu une impression de "trous d'air" et de baisses de tension.
.
C'est pas important, c'est juste que je me dis que le liant était vraiment là dans l'histoire, mais qu'il a été minoré, sans doute pour pas casser les effets d'autres mini-intrigues.

Rarement je ne me.montre...

Mais pas d'accord du tout, a part sur cena styles qui fut excellent....Pour le reste, que de déceptions, il va falloir arrêter de faire look couard KO...parce que meme heel, au regard de ses debuts MR ca n'a ni queue...ni queue...quand au rumble match, certe les histoires se suivent (et se ressemblent) on notera un double 0 surprise...alors que c'est ce qui fait le sel poivré de ce genre de match....je ne remet pas en cause la victoire d'orton mais le déroulement....pour ma part, je suis déçu, mais grave déçu....mais GRAAAAAAVE déçu, pis RR en 30!!! Juste insupportable....j ai d ailleurs eteint mon network sur le coup....

Et encore...je m'arrête la

Et encore...je m'arrête la parce que j'en aurait tellement a dire....

Ah mais continue!

Moi ça m'intéresse toujours d'avoir des sons de cloche différents, donc hésite pas à en remettre une couche. RR en 30, justement, ça a fini par être totalement justifié par sa défaite finale, je trouve. Owens, je ne trouve pas qu'il ait été montré couard. Il n'a pas fui Reigns, il lui a livré une grosse bataille et Braun est intervenu de sa propre initiative, je trouve pas qu'Owens en sorte affaibli. Enfin, perso, l'absence d'entrants surprise dans le Rumble (même si on peut ranger dans cette catégorie Dillinger et Gallagher) ne me dérange pas — franchement, ça aurait changé quoi de voir le Boogeyman ou Finlay ou DDP ou un mec de ce genre?

Re....

Désolé mais j'ai mis le temps, premièrement, quand je dis que je ne suis pas d'accord, ce n'est pas sur le contenu, qui est tres bon comme a l'accoutumée, mais sur le ressenti, mais....Comme je suis plutôt ouvert, et en constatant que la.majorité avait kiffé, j ai re regarder le ppv, et donc ok, ke conçoit....
N'empêche que :
1-pour revenir sur KO, en effet, ce n est pas la couardise qui me pose pb en effet, mais plutot le fait qu il ne gagne jamais clean, alors qu il a quand meme enfoncé super cena lors de son premier match, donc je trouve ca complètement incohérent, meme si on pourrait me repondre que la plupart des champions heel fonctionne comme ca...(cf seth rollins) (je suis tellement fan du bonhomme que ca me derange...)
2- le rumble...alors oui, j admets, a la deuxième vision, il est pas mal, mais que c est convenu....quand je dis «double zero surprise», je n attends pas forcément un ou des vétérans essoufflés, meme si ca fait plaisir (je suis la wwe depuis 25 ans j en ai 40....) mais un petit pete dunne ou un shelton aurait fait l'affaire, parce que oui en 25 ans de rumble, il y a toujours ce petit parfum exotique, mais la non....le neant absolu, on remet en boucle les storylines de raw et sd, ou presque, d ou ma déception....mais en effet, c est rondement mené, mais tellement mainstream....
Voilà, je pense que comme coy, c est plus la déception de ne pas pouvoir caller ma dent creuse de fan de catch qui m a fait m enerver, et j en suis désolé....
Continuez comme ca sinon, je kiff vous lire....
Amicalement catchesque,
TripleKflow

J'aurais kiffé le boogeyman

J'aurais kiffé le boogeyman sinon...

Connexion utilisateur

What's up?



14 décembre

Les pronos sur Clash of Champions sont ouverts, tandis que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin